“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

43 ans de quatuor à cordes... et ce n'est pas fini !

Mis à jour le 09/08/2018 à 05:07 Publié le 09/08/2018 à 05:07
Andras Fejer reste aujourd'hui le dernier des fondateurs du quatuor.

43 ans de quatuor à cordes... et ce n'est pas fini !

Andras Fejer, le doyen du Quatuor Takacs - le plus célèbre des grands quatuors du XXe siècle encore en activité - est heureux de retrouver Menton et son Festival

Il y a trente-cinq ans, le violoncelliste Andras Fejer était déjà au Festival de Menton. Il s'en souvient comme si c'était hier. (« La vie passe si vite ! »)

André Borocz, fondateur du festival, avait invité le Quatuor Takacs, déjà célèbre, qu'il avait formé huit ans plus tôt en Hongrie avec trois amis. Le premier violon était Gabor Takacs et avait donné son nom à l'ensemble.

Depuis, Andras Fejer est revenu sept fois à Menton, avec le quatuor Takacs: en 84, 87, 89, 94, 99. L'avant dernière fois, c'était en 2007. André Borocz n'était plus là et deux musiciens sur les quatre fondateurs du quatuor avaient quitté le groupe et avaient été remplacés. La dernière fois, c'était avant-hier pour un mémorable concert au Musée Cocteau. Andras Fejer reste aujourd'hui le dernier des fondateurs du quatuor. Le seul rescapé de quatre décennies de gloire, de grands prix du disque, de concerts sur les scènes les plus prestigieuses du monde.

Il nous a fait ses confidences.

En tout cas, on peut vous l'assurer, après le superbe concert du Musée Cocteau, le résultat est idéal...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.