26 "guerriers" assurent quotidiennement la propreté de Mandelieu dès 5h du matin, nous les avons suivis

C’est ainsi que Sébastien Leroy, maire de Mandelieu-La Napoule, a appelé les agents du service nettoiement mercredi, lors du rituel du petit-déjeuner et de la tournée.

La rédaction Publié le 29/09/2022 à 16:30, mis à jour le 29/09/2022 à 15:02
photos

5 heures du matin. Les hommes du service nettoiement sont prêts. 26 agents, qui savent parfaitement ce qu’ils ont à faire. Mais comme on leur a dit qu’aujourd’hui le maire leur rendrait visite, ils attendent. Ces rencontres ils les connaissent: une fois ou deux par saison, Sébastien Leroy passe faire le point, prendre la température.

Dans le coffre de Georges, son chauffeur, des thermos de café et des viennoiseries. Histoire de bien commencer. "Je viens vous transmettre les remerciements que j’ai reçus de la population. Bravo, vous êtes de vrais guerriers", commence le maire, à peine arrivé.

"Vous savez que vous entrez dans la saison la plus pénible. Et qu’aujourd’hui, tous les facteurs sont réunis pour un risque inondations. Votre action chaque matin, tandis que tout le monde est sous la couette est de bien nettoyer la commune afin que tout se passe au mieux en cas de fortes pluies."

Tandis que le maire parle, Marc Perez - tout le monde l’appelle Marco - regarde l’équipe, concentré. Pour lui, l’important c’est que ses gars aient le sourire en arrivant au travail et en en repartant aussi. "Je veux qu’ils aient conscience de l’importance de leur mission. De l’importance de leur présence aussi. Il y va de l’équilibre écologique de notre commune!" "Marco c’est quelqu’un", nous dira-t-on pendant cette tournée matinale. Un homme discret, proche de ses gars qui reconnaît leurs valeurs et leurs particularités.

 

Car, et ce sera une belle surprise pour ce début de journée: il y a de vrais passionnés, qui travaillent six jours sur sept, de 5h à 11h30!

Le jour commence à se lever lorsque nous arrivons à l’école Cottage. Mika et Jean-Marc sont sur place. Un vrai ballet que ces messieurs nous offrent là. En 15 minutes, les deux cours de l’établissement sont débarrassées des feuilles et papiers. Un instant... presque "chorégraphique": les gestes des deux hommes s’accordent sans qu’ils ne se parlent. "C’est l’expérience" dit Jean-Marc, "Oui, à force on a l’habitude" complète Mika. Pas d’accord messieurs: à vous voir aller et venir avec autant de dextérité, c’est de l’art...

Peppone (c’est un surnom) chargé ici de réapprovisionner les canipoches. "A ce propos les motocrottes passent aussi sur la commune. Il s’agit d’une société que nous mandatons. La ville dépense 80.000 euros par an sur ces postes" explique Nassif Jahjah, directeur des services techniques.

La Napoule: Pancho au souffleur (beaucoup de surnoms dans cette équipe) et Giovanni au volant de la balayeuse de ville. Mandelieu compte trois balayeuses comme celle-ci et une grande pour les axes plus larges. A cela s’ajoutent les souffleurs et la flotte de petits camions. Sur la photo, Marco à côté du maire et Pancho à sa gauche.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.