“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

2019-2022 : trois années d'actions à Monaco à l'occasion du centenaire de la disparition du prince Albert-Ier

Mis à jour le 30/01/2019 à 09:06 Publié le 30/01/2019 à 14:00
Le prince Albert II a rappelé toute l’importance des messages que prônait, à l’époque, son trisaïeul.

Le prince Albert II a rappelé toute l’importance des messages que prônait, à l’époque, son trisaïeul. Photo Jean-François Ottonello

2019-2022 : trois années d'actions à Monaco à l'occasion du centenaire de la disparition du prince Albert-Ier

Ce mardi, en présence du prince Albert II, un comité a été créé pour penser un calendrier d’actions et de manifestations sur trois ans afin de célébrer la vie et l’œuvre du trisaïeul du souverain dont le centenaire de la disparition approche (1922-2022)

Prince savant. Prince humaniste. Et, enfin, prince de science et d’art. Autant de qualificatifs que l’on attache, des décennies après, à la personnalité du prince Albert Ier.

À l’approche du centenaire de sa disparition (1922-2022), un comité de commémoration en son honneur a été installé, ce mardi au Musée océanographique, en présence de son descendant, le prince Albert-II.

"Dans le monde qui est le nôtre aujourd’hui, où l’environnement est menacé, où les valeurs humaines indispensables à toute politique sont trop souvent ignorées ou remises en cause, les messages que contient son œuvre de pionnier ont plus que jamais quelque chose d’essentiel à nous enseigner", a souligné le souverain.

Célébrer la vie et l’œuvre

Le comité exécutif* se réunira dès ce mercredi au Palais princier pour penser un calendrier de manifestations et d’actions qui débutera en 2019 – correspondant aux cent ans de la commission pour l’exploration scientifique de la mer Méditerranée – pour s’achever en 2022. Trois ans, donc, pour célébrer la vie et l’œuvre du prince Albert Ier.

A savoir que le comité exécutif est composé notamment du gouvernement, du Palais princier, de la Fondation Prince Albert II, de l’Institut de paléontologie humaine, du Musée d’anthropologie préhistorique, de l’Institut océanographique, de la SBM, etc.

À Monaco mais aussi à l’international où il a marqué les esprits.Avec ses expéditions, d’abord, mais aussi par son discours sur l’océan prononcé en avril 1921 à Washington.

"Il était convaincu que l'intelligence humaine est libre"

"Toute sa vie, il a été porté par l’idéal d’une connaissance nécessaire et émancipatrice de l’Homme. Il était convaincu que l’intelligence humaine est libre, libre de créer, d’inventer, d’observer, de faire preuve d’imagination, à la condition toutefois de ne jamais fausser la raison, ni trahir la réalité des faits, explique Robert Fillon, président du comité exécutif. Il appartiendra au comité de commémoration de bien faire ressortir combien, chez lui, la croyance en la science et en l’exactitude qu’elle promeut a su se garder de tout excès comme il en a pu en exister à son époque."

Le souverain a aussi rappelé l’importance de s’adresser à différents publics. Du monde académique aux écoliers en passant par "les curieux de l’histoire des sciences, des relations internationales, de la militance pacifiste".

"Un testament en faveur de la planète"

Si le calendrier et la nature des actions à mener restent encore à déterminer, Robert Fillon a évoqué, pêle-mêle, un film, un jeu de société en plateau, des publications, la création d’un site internet…

"Ce que nous a laissé le prince Albert Ier doit être considéré comme un testament.Un testament en faveur de la planète, de la science et de l’homme lucide, guidé par la raison et par la mesure, conscient de ses droits et de ses devoirs."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct