“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

2016 : deux hommes pour une nouvelle vie politique

Mis à jour le 29/12/2016 à 05:04 Publié le 29/12/2016 à 05:04
Serge Telle et Christophe Steiner : il y a comme un petit air de ressemblance, non ?

Serge Telle et Christophe Steiner : il y a comme un petit air de ressemblance, non ? Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

2016 : deux hommes pour une nouvelle vie politique

Monaco A la tête de l'exécutif et du législatif cette année, Serge Telle et Christophe Steiner. Deux personnalités très éloignées de leur prédécesseur, qui imposent de nouvelles méthodes de travail

Il y a d'abord les traits. Et puis les sourires. Un style. Enfin, le ton. Les deux hommes ont plusieurs points communs, presque une certaine ressemblance.

Le ministre d'État Serge Telle et le président du Conseil national Christophe Steiner sont incontestablement deux personnalités très différentes de leur prédécesseur respectif. Inévitablement, et ça n'a échappé à personne, cela a bouleversé le fonctionnement des deux institutions. Et ce d'autant que les deux hommes sont arrivés presque en même temps au poste qui est le leur aujourd'hui.

Un nouveau ministre d'État

Le 4 janvier, le prince Albert II nomme Serge Telle à la tête de son gouvernement. L'ancien consul général en 2002 et ambassadeur de France à Monaco en 2006 prendra ses fonctions le 1er février 2016. Il succédera à Michel Roger, victime d'un accident vasculaire cérébral le 14 décembre 2015.

Serge Telle a été conseiller diplomatique au cabinet du Premier ministre Lionel Jospin en 1997 et directeur adjoint du cabinet de Bernard Kouchner au ministère des Affaires étrangères en 2007. Il est l'époux de Guilaine Chenu. On ne caricaturera pas en disant que c'est un « homme de gauche qui aime les journalistes ». Mais disons que ce n'est pas un conservateur qui déteste la presse et ceux qui l'incarnent.

Un nouveau président du Conseil national

Le 27 avril, soit moins de deux mois après les débuts de Serge Telle, vote historique au Conseil national. Laurent Nouvion, alors président, qui avait conduit la liste Horizon Monaco sortie vainqueur des élections de février 2013, n'est pas réélu et doit céder sa place à son vice-président Christophe Steiner. Situation inédite à Monaco qui atteste des fortes dissensions entre Laurent Nouvion et sa majorité. Christophe Steiner remporte le fauteuil de président, pas parce qu'il a manœuvré pour l'obtenir. « Il ne s'agit pas d'une ambition personnelle, mais d'œuvrer pour l'intérêt général », expliquait-il dans nos colonnes le 30 mars en annonçant sa candidature. Quelques jours plus tôt, le 11 mars exactement, le président Laurent Nouvion, quant à lui, se montrait sûr de lui. Une éviction ? « C'est un cas de figure que je n'envisage pas », lançait-il fermement.

Ce qui est certain, c'est que l'ambiance semble détendue entre Serge Telle et Christophe Steiner d'une part ; entre Christophe Steiner et une majorité de conseillers nationaux d'autre part - une majorité de conseillers dans laquelle on inclut les minorités UM et Renaissance. Petite formule qui n'a rien d'innocent tant les lignes de forces politiques et les étiquettes sont brouillées, de surcroît depuis l'élection de Christophe Steiner, mais depuis bien plus longtemps en réalité avec la déliquescence progressive du rang de Laurent Nouvion, d'abord tue, ensuite discrète pour finir en éclats.

Alors, dans ce paysage inédit de l'hémicycle, et même si les tirs tracent deux camps - la nouvelle majorité et celui, restreint à six élus, de l'ancien président Horizon Monaco, auxquels s'ajoutent quelques esprits plus ou moins indépendants (Sophie Lavagna, Pierre Svara et Daniel Boéri) - l'unité n'y est pas. Le vote du budget primitif en est l'illustration : dix voix « contre » et une abstention - vote des minorités ; et treize « pour » - du côté de la majorité.

« La volonté de travailler ensemble »

Un résultat qui a quelque peu étonné le frais ministre d'État : « Regardez ce qui se passe ailleurs, des montagnes de dettes, une croissance atonique. Nous sommes le contraire et nous devons nous en réjouir ». Oui, mais c'est peut-être sans appréhender pleinement les spécificités monégasques… Une dimension que devra mesurer avec toutes ses subtilités Serge Telle en 2017.

Mais l'essentiel est dans « la volonté de travailler ensemble », pour reprendre la formule du vice-président Marc Burini. Et il semble bien que l'un et l'autre sont disposés à discuter pour avancer dans la concertation. Preuve en est déjà les nombreux projets et propositions de loi votés depuis le printemps.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.