“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

2 Brahms pour le prix d’1 C’est l’heure du 5e tournoi D’A Roca à l’espace St-Antoine !

Mis à jour le 22/03/2019 à 10:08 Publié le 22/03/2019 à 10:08
Le compositeur grec, Alexandros Markeas, et le pianiste niçois, Philippe Bianconi à l’affiche.

Le compositeur grec, Alexandros Markeas, et le pianiste niçois, Philippe Bianconi à l’affiche. DR

2 Brahms pour le prix d’1 C’est l’heure du 5e tournoi D’A Roca à l’espace St-Antoine !

Un week-end marqué par le marathon pianistique du Niçois Philippe Bianconi et la création mondiale d’une œuvre d’Alexandros Markeas

On aime les défis au Printemps des arts. On raffole des marathons. Le week-end dernier, c’était le pianiste François-Frédéric Guy qui enchaînait en deux jours les cinq concertos de Beethoven. Ce samedi, c’est le pianiste niçois, Philippe Bianconi, qui enchaînera en un seul soir les deux concertos de Brahms. Deux concertos seulement ? Oui, mais chacun dure plus de trois quarts d’heure. Et rarissimes sont les pianistes qui acceptent de les jouer l’un à la suite de l’autre. Cela tient de l’exploit.

Venant de Pologne - le pays de Chopin - où il jouait la semaine dernière, Philippe Bianconi aura eu à peine quelques jours de repos pour préparer son marathon. Il sera accompagné par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction du chef - polonais, précisément - Michal Nesterowicz.

Puis, Philippe Bianconi repartira pour la Salle Gaveau à Paris et pour les États-Unis. Il est une vedette en Amérique depuis presque quarante ans, après qu’il ait remporté en 1985 les concours internationaux de Cleveland et du Texas.

Brahms est, on le sait, l’un des compositeurs phares du Printemps des arts 2019. Mais il y a aussi Beethoven, dont, ce soir vendredi sera poursuivie l’audition des sublimes quatuors à cordes.

« Comme une musique de film »

Le Quatuor Diotima interprétera le monumental 14ème. Quatuor de Beethoven - cette œuvre dont Schubert disait : « Après cela, que reste-t-il à écrire ? ». C’est cette pièce que les amis de Schubert jouèrent pour lui juste avant sa mort.

Beethoven, on le sait, a écrit les « Ruines d’Athènes ». Un compositeur grec contemporain, Alexandros Markeas, vient de lui donner une réplique à sa façon en composant les « Nouvelles ruines d’Athènes ». Alexandros Markeas est le « compositeur en résidence » du Printemps des arts 2019. Il donne, dans le cadre de ce festival, des master-classes aux élèves des écoles de musique de Monaco, Beausoleil, Antibes et Grasse.

Quant à ses « Nouvelles ruines d’Athènes », elles seront données en création mondiale ce soir vendredi, en la salle Empire de l’Hôtel de Paris, par le Quatuor Diotima - lors du même concert que le 14ème. quatuor de Beethoven. Commentaire du compositeur sur son œuvre : « Cette musique est conçue comme une musique de film, comme une promenade lente et douloureuse dans les rues d’une ville meurtrie ». Elle est dédiée à Zak Kostopoulos, militant homosexuel de 33 ans, battu à mort dans le centre d’Athènes en septembre 2018.

Une musique en résonance avec l’histoire contemporaine comme les aime le Printemps des arts.

Ce samedi, plus d’une centaine de badistes s’affronteront à l’Espace St-Antoine toute la journée, pour la cinquième édition du tournoi « D’A Roca ». L’occasion de voir ce sport sous un autre angle.

Vous le pratiquez sans doute l’été, sous le soleil de la Côte d’Azur entre amis… Sport populaire à l’heure estivale, le badminton réunit pourtant 100 millions de pratiquants à travers le monde. Sport mixte, il se pratique en simple ou en double.

Ce samedi, le club de Monaco organise le 5e tournoi « D’A Roca » de badminton. La présidente du club (et de la Fédération Monégasque de Badminton), Sylvie Bertrand, se confie. « Ce tournoi est une véritable opportunité pour les joueurs de toute la région de s’affronter. En ce qui concerne le niveau, il y a toutes les catégories représentées : régional, départemental et national ».

Le volant explose les records de vitesse

Les qualités d’un joueur de badminton doivent être nombreuses. Il faut être souple, déterminé pour avoir un maximum d’amplitude (vis-à-vis de la frappe et du déplacement), avoir une très bonne condition physique, être résistant et, enfin, avoir un mental d’acier. « C’est un sport qui demande beaucoup de concentration, il faut pouvoir répéter les courses sur des courtes distances, suivre le volant qui est parfois dur à suivre. Un record a été établi dans le Guinness World Records avec une vitesse atteignant les 493 km/ h ! C’est un sport exigeant », souligne Sylvie Bertrand.

« Nous devons même refuser des clubs »

Le tournoi, qui est organisé avec l’aide d’une quinzaine de bénévoles, est très prisé par les clubs. « L’Espace Saint-Antoine est unique dans notre région. Nous pouvons monter jusqu’à 14 terrains, ce qui n’est pas possible ailleurs. Au fil des années, nous devons même refuser des clubs pour participer à ce tournoi. Nous avons eu par ailleurs, les éloges du juge-arbitre pour l’excellente organisation de la compétition », se félicite Sylvie Bertrand.

En ce qui concerne le club du Rocher, les couples mixtes monégasques seront motivés à établir de bons résultats… Et de viser le podium ! Le Comité Monégasque d’Antidopage s’est associé au club pour sensibiliser les athlètes contre le dopage. Un stand leur sera dédié afin d’y faire un travail de prévention.

Plus d’informations : https://onad-monaco.mc/

Agilité et précision font la beauté de ce sport.
Fédération monégasque de badminton

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct