“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

11e Tattoo Festival : graphisme à fleur de peau

Mis à jour le 02/04/2018 à 05:16 Publié le 02/04/2018 à 05:15
Louis a choisi sa spécialité : le portrait. Et le mollet de Cédric aura à la fin de sa composition un air très « Django-Tarantino».

Louis a choisi sa spécialité : le portrait. Et le mollet de Cédric aura à la fin de sa composition un air très « Django-Tarantino». Frantz Bouton

11e Tattoo Festival : graphisme à fleur de peau

Cap sur des compositions de plus en plus raffinées car le tatouage a le virus artistique. 180 artistes jouent du dermographe, jusqu'à ce soir et sur 4000 m2 dans les studios de la Victorine

Fixer sur la peau ce qui ne doit pas s'échapper, des signes, des symboles, des visages, des compositions, redensifier en somme les corps, embellir, signifier, c'est la mission des 180 tatoueurs armés depuis hier de leurs dermographes.

Cette petite armée fait salon pendant trois jours dans les studios de la Victorine et le rendez-vous qui franchit le cap de la onzième édition est désormais dans tous les carnets d'adresse.

Les organisateurs du Nice International Tattoo Festival peuvent ainsi attendre de 6000 à 8000 visiteurs. Le salon qui fonctionne pendant trois jours à partir de 12 heures fermera ses portes aujourd'hui à 20 heures.

Cette année encore le caractère international s'affirme, le salon ayant accueilli pour la première fois une équipe venue de Pékin, le MLG Tattoo Studio. De quoi déployer de nouveaux idéogrammes et personnages de manga. Parcourir les allées du salon qui se répartit dans deux halles et sur 4 000 m2, c'est aussi enjamber les pays, les frontières, les cultures et se faire une idée des tendances graphiques, très larges. Mandala, watercolor, pointillisme, réalisme japonais sont les coqueluches de l'année.

Mais la créativité qui se montre pendant ces trois jours ne rentre pas forcément dans ces cases. Ce festival prend soin de conserver ses aspects festifs avec des animations, deux scènes et donc du spectacle. Il faut aussi compter sur les espaces buvette et restauration. Le festival offre aussi à ses participants tatoueurs l'occasion de soumettre les créations à un jury avec des thématiques particulières. Dix prix ont déjà été distribués dans quatre catégories avec un spécial « tatouage niçois » et d'autres prix seront attribués, aujourd'hui, pour le dernier jour.


La suite du direct