11 juin : détériorée, l'oeuvre-barque est jetée à la mer

Samedi 11 juin, au large de Cap-d'Ail.

Article réservé aux abonnés
Publié le 29/12/2016 à 05:02, mis à jour le 29/12/2016 à 05:02
Acte de plaisantins ou volonté manifeste de nuire au message de l'œuvre ?	(DR)
Acte de plaisantins ou volonté manifeste de nuire au message de l'œuvre ? (DR)

Samedi 11 juin, au large de Cap-d'Ail. Une barque flotte avec, à son bord, des jambes d'hommes et de femmes - de migrants ? - en résine colorée. Drôle de découverte. D'autant plus lorsqu'on connaît son ancrage initial, sur les pelouses de l'esplanade Francis-Palmero pour la biennale de l'Union méditerranéenne pour l'art moderne (Umam). Comment a-t-elle pu atterrir si loin ? Est-ce l'œuvre immature de plaisantins ? Ou bien le message de l'œuvre, intitulée « 6-ct-toi », qui dérangeait ? « On espère que ce n'est pas ça. Sinon, ce serait dangereux pour la liberté d'expression », confiait alors le connectif artistique niçois KKF. Dans la foulée, les artistes ont porté plainte pour le vol et la détérioration de leur œuvre, dont la valeur flirte avec les 22 000 euros.

À ce jour, l'affaire n'a toujours pas été résolue.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.