“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

100e anniversaire de la mort de Philibert Florence

Mis à jour le 23/06/2018 à 05:05 Publié le 23/06/2018 à 05:05
Aquarelle de Philibert Florence intitulée «Paysan... retour de la cueillette des citrons».	(DR)

100e anniversaire de la mort de Philibert Florence

Retrouvez chaque mois, la chronique du Comité des traditions monégasques

Philippe, Antoine, Vincent Florence est né le 23 janvier 1839, sur le Rocher de Monaco, de Fortuné Florence et de Magdeleine Ferry ; mais il est surtout connu par le prénom d'emprunt « Philibert ». Il signera d'ailleurs tous les documents officiels et ses œuvres de ce prénom.

Il naquit dans une famille monégasque d'artistes comme son père Fortuné ou son oncle Hercule. On ne s'étonnera donc pas de le voir très jeune se passionner pour le dessin. Il partit à Rome en 1859 à l'âge de 20 ans pour faire de sérieuses études de dessin et de peinture muni d'une bourse que le prince Charles III lui accorda généreusement. Il fut chargé à son retour de Rome de refaire les fresques du plafond de la salle du Trône et travailla avec divers peintres à la décoration des salles du Palais ainsi que de la Galerie d'Hercule. Il entretint d'excellents rapports avec le peintre Ernesto Sprega chargé de décorer à la même époque la chapelle Palatine.

En 1863 lui fut confiée l'organisation de la procession du Vendredi Saint, bien différente de celle que l'on connaît aujourd'hui, où les Monégasques représentaient, la nuit à la lueur des flambeaux, les scènes de la Passion de manière pittoresque et quelque peu fantaisiste ; Philibert Florence dessina pour chaque rôle les costumes.

Après la mort de son père, il viendra habiter à Menton où il installera son atelier. C'est dans la décoration des villas mentonnaises que se font construire les riches aristocrates anglais et russes et surtout dans l'enseignement du dessin et de la peinture aux jeunes héritières de ces riches hôtes qu'il se consacre professionnellement. Philibert Florence excella dans toutes les disciplines picturales : huile, aquarelle, pastel, fresque dans une large variété de sujets : figures, compositions, allégories, portraits, paysages, natures mortes. « Toutes portent la marque d'un classicisme certain mais la fraîcheur des couleurs, la finesse du dessin, la douceur du modelé caractérisent profondément un talent personnel ; on reconnaît et identifie immédiatement une œuvre de Florence, preuve évidente d'un style et d'une facture, et toujours s'en dégage un bonheur, une harmonie qui nous permettent d'affirmer qu'il fut un peintre complet du plus grand mérite » (1).

Vers la fin de sa vie, sa vue faiblissant, il se consacra essentiellement au dessin et surtout au dessin à la plume : c'est de cette époque que date la production des personnages pittoresques du pays (berger, cueilleuse de citrons, pêcheur remaillant ses filets, marchande de poissons etc.).

En plus de son atelier mentonnais, il en installa un autre à Monaco-ville, rue Princesse-Marie-de-Lorraine, où il revint souvent pour retrouver ses deux sœurs et ses vieux amis du Rocher. Il mourut le 25 janvier 1918 dans son atelier de Menton. Il est inhumé au cimetière de Monaco dans le caveau de famille.

Le Comité des traditions, sous la présidence d'Alexandre Noghès, réuni en assemblée générale statutaire le 6 décembre 1935, « ayant à cœur de tirer de l'oubli les noms des compatriotes disparus, ayant rendu de signalés services dans les diverses branches des arts, des sciences et de la littérature, émet le vœu que le conseil communal donne le nom de Philibert Florence à une artère de la Principauté ». Le maire Louis Aureglia partagea le vœu du Comité des traditions en décidant de donner à l'ancienne rue de l'Orphelinat sur le Rocher (2) le nom du réputé peintre monégasque.


La suite du direct