Une association propose de verdir la rue Grimaldi à Monaco

L'association monégasque Ecopolis propose de revoir la configuration de cet axe central du quartier de la Condamine afin de lui apporter une respiration plus végétale pour les usagers.

Article réservé aux abonnés
Cédric Vérany Publié le 05/11/2022 à 11:10, mis à jour le 05/11/2022 à 10:57
Axe très fréquenté par les véhicules, la rue Grimaldi pourrait gagner en végétaux pour l’association Ecopolis. Photo Jean-François Ottonello

Ils ont imaginé une respiration verte dans un environnement urbain qui ne laisse plus grande place à la flore. Certes, il y a une longue rangée de bigaradiers qui peuplent la rue Grimaldi, mais cet axe de circulation central en Principauté est surtout occupé par les véhicules en transit.

Alors les membres d’Ecopolis ont eu une idée. Fondée en 1998 à une époque où les questions écologiques n’étaient pas au cœur de la société, l’association monégasque réunit des nationaux engagés sur ces thématiques et se veut force de propositions d’idées concrètes pour un quotidien plus environnementalement vertueux au quotidien.

Leur projet pour la rue Grimaldi est, sans restreindre les voies de circulation essentielles au trafic du pays, de réaménager l’espace de la rue pour y intégrer davantage d’arbres et de verdures. « Clairement, notre inspiration vient de ce que nous avons pu voir des réalisations faites à Nice, notamment sur les axes voisins de la ligne 2 du tramway ou prochainement sur la rue Cassini. Pourquoi ne pas le faire chez nous », plaide la présidente d’Ecopolis, Evelyne Schick-Tonelli.

Une véritable trame verte

En détail, l’idée d’Ecopolis, serait d’abord de matérialiser une voie de circulation pour les véhicules et une autre voie réservée au bus.

Puis d’élargir les trottoirs en supprimant les places de stationnement présentes dans la rue pour dérouler une trame verte de la place Sainte-Dévote à la place d’Armes, ponctuée de nouveaux arbres, de jardinières et de végétaux en pots.

« Depuis les années, des places de stationnement ont déjà été supprimées dans cette rue, il n’en reste que quelques-unes en surface. Avec tous les parkings alentour, elles ne devraient pas manquer si elles disparaissaient ».

L’exemple de la rue Cassini à Nice

À Nice, l’aménagement de plusieurs axes sur ce modèle, en bannissant le stationnement mais en conservant ponctuellement des aires de livraisons a transformé des avenues avec une végétalisation plus dense. Une réussite dans le paysage urbain. Avec une flore vivante, « car notre souci est de végétaliser la ville, et d’éviter certains murs avec de fausses plantes en plastique comme on peut le voir » ajoute la présidente d’Ecopolis.

L’association se défend de toute velléité politique ou de recherche de la lumière à tout prix. Les membres d’Ecopolis entendent simplement partager des idées qu’ils qualifient « de bon sens » pour le quotidien de la Principauté. Leur proposition pour la rue Grimaldi a fait l’objet d’un courrier envoyé au gouvernement princier. Qui semble trouver l’idée intéressante… Pour une éventuelle requalification de la rue Grimaldi à l’avenir. Pas assez pour ses concepteurs ?

« Ce que nous réclamons, ce sont des projets réalisables à courte échelle », glisse les membres de l’association, échaudés par leur précédente proposition pour la Principauté, saluée sans trouver d’écho.

Ils avaient travaillé pour proposer l’idée d’une passerelle, accrochée sur les piles du Fairmont, de façon à offrir un cheminement piéton agréable entre le Yacht-club et la future promenade du quartier Mareterra. Et éviter de passer sous le tunnel Louis II, peu hospitalier pour les piétons. La discussion sur cette passerelle, proposée au gouvernement, est restée à sens unique.

L’exemple de la future rue Cassini, dans le quartier du port à Nice, a inspiré l’association monégasque. Visuel Métropole Nice Côte d’Azur.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.