Rubriques




Se connecter à

Un an après l’explosion de Beyrouth, l’aide continue depuis Monaco

Les Amis du Liban font partir un container de produits de première nécessité mi-août. Toute la semaine, et samedi avec son parrain Didier Deschamps, l’association récolte les dons à Fontvieille.

Joelle Deviras Publié le 05/08/2021 à 10:50, mis à jour le 05/08/2021 à 10:51
photos
Cent cinq cartons de produits de première nécessité ont été remplis en trois jours. Photo J.D.

Les bénévoles des Amis du Liban redoublaient d’énergie et de volonté, ce mercredi, pour récolter des dons devant le supermarché du Centre commercial de Fontvieille. Cent cinq cartons de produits de première nécessité ont été remplis en trois jours et stockés au troisième sous-sol, à l’office maritime.

Un an jour pour jour après l’explosion de Beyrouth qui a fait, faut-il le rappeler, plus de 200 morts et des milliers de blessés, l’émotion était forte, hier, parmi les Libanais de Monaco qui s’emploient à aider leurs compatriotes.

Autour de Bouran Hallani, la présidente, ils se relayent, depuis lundi et jusqu’à samedi, pour récolter des denrées alimentaires. En ce triste premier anniversaire, ils se retroussent les manches pour accumuler un maximum de produits qui partiront d’abord vers Carros puis en bateau, à la mi-août, pour Beyrouth. Ce sera le huitième container envoyé au Liban depuis un an.

Avec le parrain Didier Deschamps

Et pas question de laisser les dons à des associations locales sans surveillance. "Notre parrain, l’entraîneur Didier Deschamps, m’a demandé d’être sur place et de veiller à ce que l’aide soit bien distribuée à ceux qui en ont besoin, souligne Bouran Hallani. Alors, quand un container part en bateau, je prends un vol trois jours plus tard et organise la réception, l’inventaire et la distribution. Il y a également des médicaments et du matériel médical. Auparavant, nos relais sur place étaient l’armée libanaise et la Croix-Rouge. Maintenant, nous travaillons avec des associations et des structures locales comme la Fondation Krystel El Adm."

 
Didier Deschamps, parrain de l’association, sera présent au centre commercial de Fontvieille samedi. Photo Jean-François Ottonello.

La présidente des Amis du Liban se rend directement auprès de la population et dans les familles. "Les jeunes mamans ont besoin de lait pour leurs petits. On n’en trouve plus au Liban. J’ai vu des gens nourrir les bébés avec du pain et de l’eau. Même les médecins n’ont pas de médicaments. Il faut comprendre que la vie est catastrophique. La mission humanitaire est très difficile car il n’y a ni essence, ni électricité. J’essaie de dormir sur place, au plus près de nos actions, et dors chez des amis ou dans un petit hôtel."

30 tonnes depuis un an

Des bénévoles de Monaco accompagnent souvent Bouran Hallani. "Nous achetons également des colis alimentaires pour 200 à 400 familles libanaises. La semaine dernière, j’en ai distribué 340. Nous avons arrêté les programmes culturels. Nous faisons ce qui est indispensable ; c’est-à-dire donner à manger."

"Notre mission aujourd’hui n’est pas d’organiser des actions culturelles. Il faut d’abord donner à manger aux enfants", souligne Bouran Hallani. Photo DR.

Au total, depuis un an, Les Amis du Liban ont donné trente tonnes de produits de première nécessité.
Et à Monaco, Bouran Hallani est entendue et soutenue. "Tout le monde comprend ici la situation du Liban. Sincèrement, nous sommes surpris par la générosité. Les gens ici nous connaissent et nous font confiance. Ils savent que leurs dons seront bien distribués."

 
"Le Liban est dans une situation catastrophique. Il faut continuer à aider pour distribuer de la nourriture", note Bouran Hallani. Photo DR.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.