“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Téléthon : battle division au chapiteau Jean-Gioan

Mis à jour le 05/12/2018 à 05:06 Publié le 05/12/2018 à 05:06
Les démonstrations de hip-hop seront légion samedi sous le chapiteau.	 (Archive L.Boxitt)

Téléthon : battle division au chapiteau Jean-Gioan

L'Espace Municipal Jeunesse sera associé cette année encore au Téléthon.

L'Espace Municipal Jeunesse sera associé cette année encore au Téléthon. La danse urbaine, plus communément appelée hip-hop, servira de support à cette grande cause nationale.

Samedi 8 décembre à partir de 13 h 45, les portes du chapiteau Jean-Gioan seront donc ouvertes au public pour une compétition 1vs1 qui va faire rage jusqu'aux alentours de 20 heures.

Un événement gratuit pour le public !

Le principe est simple : 16 danseurs - issus des présélections - s'affronteront sous forme de battle devant un jury d'éminents spécialistes de la discipline (Rochka, Lumi et Choupi). Les salves musicales seront assénées par deux DJ : M4T et Max to Max.

Sans oublier que la présentation du show sera assurée par Mr Snakos et le jeune Adam (Bordelik). Rappelons que depuis plusieurs années, le hip-hop s'est véritablement ancré à Roquebrune-Cap-Martin, mettant en exergue la qualité artistique de jeunes danseurs régionaux. Le programme sera rythmé également par quelques démonstrations de guest.

Buvette et tombola seront à la disposition du public et l'intégralité de la recette sera ultérieurement remise à l'AFM Téléthon. Un spectacle à ne pas rater : original et caritatif !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct