Rubriques




Se connecter à

Créer une épicerie au village: l’asso Bouge ton Coq a la solution

A l’image d’Ascros (06) qui lançait récemment un appel à candidats pour que rouvre son unique petit commerce, nos territoires ruraux souffrent d’une désertification de services. En France, près de 20 000 communes en sont privées et il faut parcourir, en moyenne, 24 km aller/retour pour aller faire ses courses. Quelles solutions pour ranimer le cœur de nos villages? Nous nous sommes intéressés à l’association Bouge ton Coq, qui présente actuellement son concept d’épiceries citoyennes, au congrès des maires à Paris.

Gaëlle Belda Publié le 17/11/2021 à 19:30, mis à jour le 18/11/2021 à 15:54
Ascros (06) lançait récemment un appel à candidats pour que rouvre son unique petit commerce. Photo H.J.

Tout récemment, la commune d'Ascros, dans le haut-pays niçois, qui se retrouve une nouvelle fois sans son commerce de dépôt de pain et d’épicerie, lançait un appel via Nice-Matin. C’est typiquement pour répondre à ce type de difficultés que l’association Bouge ton Coq s’est mobilisée.

Plus de 60% des communes françaises n’ont plus aucun commerce. Aucun lieu où trouver des produits frais, locaux, variés et créer du lien avec ses voisins. Il n'y a qu'à consulter cette carte interactive pour s'en rendre compte. Un chiffre qui a fait bondir les membres de ce "mouvement citoyen et solidaire", basé à Paris. La jeune équipe, fondée par deux frères auvergnats Christophe et Emmanuel Brochot, a donc créé une plateforme de dons - citoyens, subvention publique et  mécénat d’entreprise - pour installer des épiceries dans les villages et ainsi redonner des couleurs aux zones rurales.

En moyenne il a suffi de 35 dons pour monter les premiers commerces: 2000 euros sont versés aux porteurs de projet. L'enveloppe se répartit ainsi: 1100 euros pour la peinture, les équipements et autres frais ; 400 euros pour le logiciel de gestion ; 200 euros pour Bouge ton Coq.

 

Objectif 2000 épiceries

Dans les Alpes-Maritimes, des épiceries citoyennes devraient voir le jour grâce à cette formule. A Saint-Etienne-de-Tinée, notamment. A Saint-Jeannet, une discussion est en cours. Bendejun et Seillons-Source-d’Argens (Var) ont manifesté leur intérêt. Alix, Corentin, Jacques et Aymard, de Bouge ton Coq, multiplient les démarches et diffusent leur message jusqu’au congrès des maires - interlocuteurs privilégiés -, qui a démarré ce mardi pour trois jours.

L’objectif est de développer 2000 échoppes. La course a déjà démarré puisqu’une cinquantaine d’”Epi” - nos fameuses épiceries citoyennes - a déjà ouvert et une trentaine sont en cours de création.

Pas de charge, pas de marge, deux heures de son temps

Près de 75% de produits en circuit court, aucune charge ni marge. Photo Raul Gonzalez - DR - Unsplash.

Près de 75% de produits en circuit court, aucune charge ni marge: voilà comment ça fonctionne. Un logiciel de gestion - MonEpi - est mis à disposition gratuitement pour gérer la comptabilité, le référencement des produits, le planning des bénévoles. L’équipe de Bouge ton Coq accompagne sa prise en main et assure un suivi. Ensuite, les personnes engagées dans l’aventure devront donner deux heures par mois pour faire tourner l’épicerie.

"Nous avons tablé sur cinquante à cent familles pour qu’un lieu tourne bien. S’ils donnent chacun deux heures pour assurer l’accueil, les ventes, l’achalandage, etc., ça fonctionne." Alix Letalenet, qui gère les partenariats avec les entreprises pour Bouge ton Coq, est affirmative.

L’association avait déjà affiché de jolis résultats avec son opération "C’est ma tournée" - un verre virtuel, un don qui alimente un fonds d’urgence pour les commerçants, les artisans et les petits producteurs  - pas de raison qu’elle fasse chou blanc avec ses épiceries citoyennes.

Du soutien, un réseau, des perspectives

La preuve en est que l’idée est largement plébiscitée par "La grande cause des territoires" de Make.org. La consultation nationale, lancée entre le 2 février et le 28 mars, a recueilli 875000 votes. En lice, 116000 participants, 5200 propositions autour de la question: “Comment améliorer les conditions de vie dans votre territoire?” 

 

 

Nous sommes des défricheurs de solutions. Alix Letalenet.

Six axes de réponses ont été définis, et quinze idées retenues, dont celle de Bouge ton Coq. A la clé: un accompagnement en matière d’appels à projets pour l’association, une expertise en com et l’appui d’un solide réseau. Une super nouvelle pour la jeune équipe de “défricheurs de solutions”.

Alix Letalenet détaille: "Nous avions déjà été sélectionnés dans la catégorie La grande cause alimentaire, donc nous bénéficions déjà de l’expertise de Make.org. Mais cette fois, on va plus loin."

Les épiceries citoyennes pionnières vont obligatoirement faire des petits…

Et vous? Qu'en pensez-vous?

Comment trouvez-vous la stratégie de Bouge ton Coq? Quelles autres idées innovantes pourriez-vous apporter au problème de désertification commerciale des zones rurales? Quelles initiatives inspirantes avez-vous relevées ici ou là et qui pourraient apporter de l’eau au moulin de nos communes varoises et maralpines?

N’hésitez pas à laisser un commentaire au bas de cet article ou à nous envoyer un mail à solutions@nicematin.fr.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.