Rubriques




Se connecter à

Comme un air de Dolce Vita à Monte-Carlo

Ce samedi, l’association Child Care Monaco a organisé son rallye féminin de voitures anciennes et recueilli des fonds pour construire une école au profit d’enfants handicapés en Afrique du Sud.

Thibaut Parat Publié le 05/09/2021 à 16:10, mis à jour le 05/09/2021 à 16:44
Comme un air de Dolce Vita sur la place du Casino de Monte-Carlo. (Photos Jean-François Ottonello)

Des robes à pois, à fleurs, ou couvertes de motifs imprimés de citrons (de Menton ?) et papillons. Chaque femme arbore aussi un élégant foulard soigneusement noué autour de la tête ou une capeline pour préserver des premiers rayons du soleil.

Ce samedi, aux aurores, on percevait comme un air de Dolce vita à Monte-Carlo. Sur et aux abords de la place du Casino, une poignée de Fiat 500 – et bien d’autres montures – complètent ce décor très année soixante. Serait-on au beau milieu d’une réalisation cinématographique? Rien de cela.

La cinquantaine de participantes a, en réalité, enfilé le costume pour la bonne cause en prenant part à ce rallye féminin de voitures anciennes – 8e du nom – orchestrée par Child Care Monaco. Un périple au cœur de la Riviera, du Golf country club de Nice en passant par la Villa Éphrussi de Rothschild à Saint-Jean-Cap-Ferrat, durant lequel ces âmes généreuses ont mis la main à la poche.

Projet de construction d’une école à Cape Town

Si l’association monégasque a pour habitude de se mobiliser pour l’éducation d’enfants défavorisés en Inde (lire ci-dessous), les bénéfices de cette journée, soit plus de 12.000 euros, seront, cette fois-ci, versés pour un projet à Cape Town en Afrique du Sud. "On va construire une école au profit d’enfants handicapés et mentaux, nés de mamans alcooliques et abandonnés à la naissance dans un orphelinat, détaille Martine Ackermann, présidente de l’association. À cause du Covid, la situation est dramatique sur place depuis un an et demi. Mon contact là-bas m’a appelé d’urgence car ils n’ont plus de financeurs pour payer le local de l’école. Donc, on va en construire une."

 

"Entre elles, les femmes peuvent s’aider"

Parmi les participantes, des habituées du rallye féminin et des femmes engagées. "L’éducation est à la base de tout. L’accès à celle-ci permet d’avoir une vie normale, un emploi, de vivre plus décemment", confie Virginie Walter, vétérinaire de profession.

Les projets indiens de l’association, à destination des jeunes filles, la touchent particulièrement. "En Inde, les filles ne sont pas désirées. Il est difficile pour elles de s’imposer dans la société. Il y a beaucoup d’inégalités. En Europe, on a la chance de moins les subir. Ce rallye féminin conforte le fait que les femmes, entre elles, peuvent s’aider." Charlotte Dinensen, résidente monégasque, embraye: "On a commencé il y a huit ans. Depuis, des dizaines de filles ont pu avoir un uniforme, aller à l’école, apprendre à lire et écrire. On perçoit tous ces efforts car on sait où va l’argent. Dans les grandes associations caritatives, les fonds servent souvent à payer les salaires. Pas là. C’est une grande différence."

En 2021, grâce à de généreux donateurs, l’association Child Care Monaco a pu distribuer pendant quatre jours, 500 kits alimentaires de survie à plus de 3000 personnes vivants dans les bidonvilles du district d’Odisha, région la plus pauvre de l’Inde. Une aide salvatrice dans le contexte sanitaire lié la pandémie de Covid-19.

 

L’entité monégasque est aussi venue en aide aux habitants du village de Jali Munda Slum à Bhubaneswar, ravagé par le cyclone Fani au printemps 2019, principalement des Intouchables et des tribus.

Une école a pu être créée, grâce à l’appui d’une équipe sur place. Depuis janvier 2021, le bâtiment accueille ainsi 120 enfants, 5 professeurs et 1 coordinateur.

Une cinquantaine de participantes à ce rallye féminin de voitures anciennes ont mis la main à la poche pour la bonne cause.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.