Après 2 ans d'arrêt à cause de la crise de Covid-19, les opérations humanitaires reprennent au Centre Cardio-thoracique de Monaco

Après deux ans de quasi arrêt en raison de la crise sanitaire, les opérations d’enfants issus de pays en développement ont repris au Centre Cardio-thoracique de Monaco, avec le concours de Monaco Collectif Humanitaire. Trois interventions ont eu lieu cet été.

Marie Cardona Publié le 10/08/2022 à 10:52, mis à jour le 10/08/2022 à 10:52
L’équipe cardio-pédiatrique du CCM autour de Guy Nervo, président délégué. En haut : Dr Olivier Metton, chirurgien cardio-pédiatrique et Dr Armand Eker, responsable médical et chirurgien thoracique et cardio-vasculaire. En bas : Pr. Sylvie Di Filippo, cardiologue congénitale, pédiatrique, fœtale et adulte ; Dr Aude Missana, cardiologue congénitale, pédiatrique et adulte. Photo Centre cardio-thoracique/Fitte

La chaîne de solidarité destinée à offrir une seconde vie à des enfants issus de pays en développement est de nouveau opérationnelle. Après deux années bouleversées par la pandémie de Covid-19, les opérations cardio-pédatriques humanitaires ont repris au Centre cardio-thoracique de Monaco (CCM), avec le concours de Monaco Collectif Humanitaire (MCH).

En juillet, trois enfants venus du Sénégal, de Côte d’Ivoire et du Burundi ont pu bénéficier d’une prise en charge par les équipes cardio-pédiatriques du CCM. Un engagement fort "inscrit dans la philosophie du Centre", souligne son président délégué, Guy Nervo.

Depuis quand le CCM est-il auprès de Monaco Collectif Humanitaire?
Le Centre a initié des interventions à titre humanitaire pratiquement dès son ouverture en 1987. Lorsque Monaco Collectif Humanitaire a été créé, nous avons adhéré à son action parce qu’il nous semblait important qu’il y ait une cohésion et un engagement volontaire global des acteurs de la Principauté. Mais nous avons toujours des donateurs qui nous versent des fonds de manière directe pour la prise en charge de patients à titre humanitaire en dehors du collectif. En septembre, par exemple, nous allons recevoir un jeune homme de 21 ans dont le séjour va être pris en charge par l’Ordre souverain de Malte. L’engagement humanitaire est inscrit dans l’ADN, les fondamentaux de notre maison.

Combien d’enfants avez-vous opérés à ce titre?
Pratiquement 500 patients. La création du MCH a augmenté notre activité humanitaire. Sur 600 à 700 interventions sous CEC [ou Circulation Extra Corporelle, une méthode utilisée pour remplacer temporairement la fonction de pompe du cœur et la fonction d’oxygénation des poumons durant les interventions en chirurgie cardiaque, ndlr] pratiquées chaque année, 30 à 50 opérations sont réalisées à titre humanitaire, principalement sous CEC mais aussi en cardiologie interventionnelle.

 
Trois enfants venus du Sénégal, de Côte d’Ivoire et du Burundi ont pu être opérés cet été. Ici aux côtés de plusieurs donateurs parmi lesquels le Comité Olympique Monégasque et la Compagnie Monégasque de Banque ainsi que des représentants de l’association Monaco Aide et Présence, Rencontres Africaines et de la Croix-Rouge monégasque. Photo Stéphane Danna / Dir. Com..

Quel est le profil de ces enfants et de quoi souffrent-ils?
Ce sont des enfants qui sont principalement âgés de 2 à 7 ou 8 ans. Ils souffrent de diverses pathologies qui ne peuvent être prises en charge dans leur pays. En 2021 par exemple, même si l’activité humanitaire a été très réduite en raison de la pandémie, trois interventions sous CEC ont été pratiquées pour des traitements urgents parmi lesquelles un remplacement valvulaire ou une cure de Tétralogie de Fallot [une malformation cardiaque congénitale, ndlr].

Les opérations ont enfin pu reprendre récemment. Dans quelles conditions?
Depuis le début de la pandémie, il n’avait pratiquement plus été possible de répondre favorablement aux demandes des médecins pour des patients humanitaires. Ça a été une période vraiment difficile. À présent, l’activité reprend, avec des mesures sanitaires renforcées comme pour les autres patients. Nous avons accueilli trois enfants au mois de juillet. Nous avons une session avec quatre enfants prévue début septembre et une autre la 3e semaine de septembre.

En moyenne, combien de temps restent-ils chez vous?
Dans le cas d’une intervention de chirurgie cardiaque à cœur ouvert, les enfants restent environ 10 à 12 jours après l’intervention. Sinon 5 à 6 jours. Le rôle des familles d’accueil est capital dans la prise en charge puisqu’elles accueillent les enfants avant mais aussi après leur hospitalisation, jusqu’à ce que l’équipe médicale valide le retour au pays. L’objectif étant que les enfants puissent rentrer chez eux et retourner à une vie normale.

Votre action humanitaire ne s’arrête pas là.
Le MCH œuvre beaucoup pour que les patients puissent être opérés dans leurs pays d’origine. Nous avons reçu des praticiens ici, par l’intermédiaire du collectif ou en direct, qui sont restés quelques mois chez nous pour se former. Le fait de former ces équipes - des praticiens, des infirmiers de plateau technique voire des directeurs d’établissements -, leur permet de commencer une activité et de monter en compétence pour essayer de prendre en charge le plus de patients possible. Les cas complexes continueront de venir chez nous aussi.

Monaco Collectif Humanitaire : les chiffres clés

2008 

Année de lancement de Monaco Collectif Humanitaire. À l’occasion des 50 ans du prince Albert II, plusieurs associations monégasques se fédèrent en collectif pour permettre d’opérer à Monaco des enfants dont les pathologies cardiaques ne sont pas opérables dans leur pays d’origine.

16

C'est le nombre d'ONG monégasques, ainsi que 3 associations françaises partenaires, composent le Monaco Collectif Humanitaire. Parmi elles : Amade, Amitié sans Frontières, Amref Monaco, A.P.P.O, Caritas Monaco, Children & future, Croix Rouge monégasque, Fondation princesse Grace, Kiwanis Monaco, Les amis du Liban Monaco, Mission enfance, Monaco aide et présence, Pagani Elia, Rotary Club de Monaco, Société Saint-Vincent de Paul, Seb. En partenariat avec Rencontres africaines, Aviation sans frontières et La chaîne de l’espoir. Et avec l’appui du gouvernement princier.

460

Plus de 460 enfants venus du Mali, du Burkina Faso, de la République démocratique du Congo, de Madagascar, du Burundi, du Sénégal, du Niger ou encore des Philippines ont déjà bénéficié d’une intervention chirurgicale dans le cadre du collectif.

11.800 euros

C'est le coût moyen d’une prise en charge d’un enfant. Les coûts d’hospitalisation sont pris en charge à 50 % par les centres de soins pratiquant les interventions.

100%

C'est le pourcentage des dons sont alloués en faveur des enfants et 100% des familles et structures d’accueil sont bénévoles.

1 ambassadeur du cœur 

Le footballeur Olivier Giroud, qui évolue au poste d’attaquant à l’AC Milan, est engagé depuis 2014 auprès du collectif. Il donne de son temps et a financé de nombreuses opérations.

Le footballeur Olivier Giroud est l’ambassadeur de cœur du Collectif depuis 2014. Photo archives M. M..

Qui sont les médecins?

En 2022, le Centre cardio-thoracique de Monaco a consolidé son unité cardio-pédiatrique avec l’arrivée du professeur Sylvie Di Filippo, chef de service de cardiopédiatrie à l’hôpital Louis-Pradel de Lyon et présidente de la filière cardio-pédiatrique et congénitale au sein de la Société française de cardiologie, avec le concours d’Aude Missana, cardio-pédiatre de l’hôpital Lenval.

En chirurgie, interviennent ponctuellement les professeurs René Prêtre, président du conseil scientifique du CCM et cardiologue pédiatrique suisse; Olivier Raisky, chirurgien cardio-pédiatrique à l’Hôpital Necker à Paris et Olivier Metton, chirurgien cardio-vasculaire à Lyon.

En cardiologie pédiatrique et congénitale interventionnelle: le docteur Stefano di Bernardo, pédiatre à Lausanne.

Et les docteurs Nicolas Durand et Catherine Binet, du CCM, en anesthésie-réanimation. "L’équipe médicale permanente du centre assure la continuité des soins pour l’ensemble de ces patients", souligne Guy Nervo.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.