“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un lifting pour les statues de la façade du Casino

Mis à jour le 09/02/2021 à 20:12 Publié le 08/02/2021 à 20:21
Après la rénovation de la première des deux statues de la façade du Casino en novembre dernier, le travail se poursuit pour un mois. (Photo Jean-François Ottonello)

Après la rénovation de la première des deux statues de la façade du Casino en novembre dernier, le travail se poursuit pour un mois. (Photo Jean-François Ottonello) Photo Jean François Ottonello.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Un lifting pour les statues de la façade du Casino

Les travaux se poursuivent pour réhabiliter les deux hauts-reliefs qui encadrent la marquise du bâtiment bâtis à la fin du XIXe siècle et qui montrent de larges signes de fatigue

C’était il y a un an… En pleine journée sur une place du Casino bien agitée, La Seine avait perdu un bras venant s’écraser sur le trottoir quelques mètres plus bas sans créer ni victime ni dégâts.

"La Seine" c’est une des deux statues monumentales qui ornent la façade du Casino. Avec sa jumelle, "La Méditerranée", les deux œuvres de Fabio Stecchi créées à la fin du XIXe siècle sont au cœur du décor de la façade Belle Époque.

Du stuc réalisé sur place à l’époque

L’incident de février 2020 a poussé la Société des Bains de Mer à procéder à un nouveau lifting des deux statues, qui n’avaient plus été touchées depuis le ravalement de la façade en l’an 2000.

Seine a été la première à y passer en novembre dernier C’est au tour de Méditerranée de se faire lifter sous les doigts experts de l’entreprise niçoise Ad Afresco, notamment en charge de la rénovation de la cathédrale Sainte Réparate dans le Vieux-Nice.

Les deux hauts-reliefs ont été à l’époque réalisés directement sur la façade en stuc façonné sur une structure en métal. Chaque personnage a ensuite été recouvert d’une peinture patinée qui lui donne cet aspect de bronze. La matière et le mode de conception imposent donc d’intervenir directement sur site, depuis un échafaudage. Le démontage pour la réfection en atelier n’étant pas envisageable.

Comme du Botox

"Il est nécessaire d’agir car la peinture s’écaille, l’eau pénètre dans les structures et crée des microfissures" explique Luc Leroy, directeur des infrastructures de la Société des Bains de Mer. Le procédé est le suivant. Les experts injectent d’abord une résine acrylique avec une grande seringue dans la structure pour combler les microfissures, "un peu comme du Botox dans un visage". Le stuc est ensuite repris par endroits pour unifier la structure. Vient alors l’étape de la peinture façon patine en bronze. Et une couche hydrofuge pour protéger le tout des intempéries.

Réalisé sur la statue "La Seine" en novembre dernier, le même processus est engagé ces jours-ci sur la statue "La Méditerranée". Il devrait durer un mois.

A quoi servaient les représentations de la Seine et de la Méditerranée sur le bâtiment ?

Derrière les décors de la façade de la place du Casino, se cache un pan d’histoire. Pourquoi le casino monégasque a-t-il été décoré au XIXe siècle de deux statues signées du sculpteur italien Fabio Stecchi ? L’une brandissant une rame, pour être une allégorie de la Seine. L’autre armée d’un trident avec un dauphin à ses pieds, allégorie de la Méditerranée.L’explication est davantage pratique qu’artistique.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’heure n’était pas la même dans les régions de France et chaque contrée avec son heure locale. Un casse-tête lors de l’avènement des transports en commun en général et du chemin de fer en particulier. Ainsi, chaque ligne ferroviaire devait sur ses fiches horaires préciser l’heure locale en début de ligne, en fin de ligne et dans les différents arrêts.

L’architecte du Casino, Jules Touzet avait pensé cette subtilité en 1890 en achevant la façade Nord du bâtiment, en plaçant une horloge dans chacune des deux tourelles du bâtiment, indiquant pour l’une l’heure dans la capitale française, pour l’autre l’heure locale.Les voyageurs passant sur la place du Casino, pour ne pas louper leur train à la gare de Monte-Carlo pouvaient ainsi consulter l’heure de Paris, placée sur la statue représentant la Seine, où l’heure de Monaco, placée sur la statue de la Méditerranée.

Mais en 1891, la France adopte l’heure unique. La Principauté suit le mouvement, l’année suivante. Et en 1898 une modification de la façade laisse place à une seule horloge au centre. Les deux latérales sont démontées, mais les statues Seine et Méditerranée subsistent. Comme un témoignage du passé quand il y avait un décalage horaire entre Paris et Monaco.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.