Rubriques




Se connecter à

Le chantier polémique de l'hôtel 5-étoiles est relancé à Menton Garavan

La nouvelle équipe municipale e Menton a voulu s’attribuer le redémarrage des travaux, oubliant le rôle de Jean-Claude Guibal. Les élus démissionnaires s’insurgent et l’accusent de malhonnêteté.

Célia Malleck Publié le 18/11/2021 à 08:30, mis à jour le 18/11/2021 à 06:42
Avant-hier, une grue a fait son apparition sur le chantier arrêté depuis plusieurs mois. Grâce à qui? Juhel ou Guibal? Jean-François Ottonello

Interrompus pendant des mois, les travaux de l’hôtel 5-étoiles de Menton Garavan ont repris. Mardi, une grue a fait son apparition sur le chantier. Un tour de force que s’est attribué la nouvelle municipalité, élue il y a dix jours.

Dans un communiqué daté du 16 novembre, la Ville écrit sur son site: "Lors de son élection, le maire de Menton, Yves Juhel, a indiqué que parmi ses priorités figurait la relance des grands chantiers à l’arrêt. Parmi eux, l’hôtel 5 étoiles de Menton Garavan."

Puis ajoute: "Et il a été entendu puisque, bonne nouvelle, après contact avec le groupe Bouygues, le chantier redémarre! La première grue qui avait été démontée il y a plusieurs mois est en cours de réinstallation. La deuxième, plus grande, sera également de retour dans quinze jours. Le chantier va reprendre d’ici au milieu de cette semaine, pour une livraison de l’ensemble dans dix-huit mois."

Une déclaration qui fait grincer l’ancienne adjointe à l’Urbanisme. Gabrielle Bineau fait partie des élus démissionnaires qui préfèrent soutenir l’organisation d’une nouvelle élection municipale plutôt qu’Yves Juhel. Certes, ce dernier était en charge de l’urbanisme quand la première pierre a été posée au mois de mai 2019. Mais c’est elle qui avait repris le dossier du 5* pour le cinquième et dernier mandat du défunt maire Jean-Claude Guibal.

 

"Ce n’est pas l’opération du Saint-Esprit"

"Ce n’est pas le travail de 24 heures, a-t-elle réagi auprès de Nice-Matin, entourée d’autres démissionnaires.. Avec Jean-Claude Guibal, nous avons reçu à deux reprises M. Paget ces derniers mois pour négocier."

Ce qu’on peut confirmer. Quelques jours avant sa mort, Nice-Matin avait publié un papier sur la reprise des travaux. Alain Paget, l’un des responsables du groupe Progereal-Finareal qui pilote le projet, déclarait avoir rencontré le défunt maire.

Jean-Claude Guibal n’avait pas hésité à menacer le promoteur de pénalités de 820 euros par jour de retard, si le chantier ne redémarrait pas. "Les travaux doivent avoir été engagés avant le 30 novembre 2021. Si le chantier n’a pas commencé à cette date, il y aura la foudre!" avait-il déclaré, mi-septembre, lors d’un conseil municipal.

"Un courrier en date du 26 octobre – dont il n’a malheureusement pas pu avoir connaissance – évoquait les avancées, reprend son adjointe déchue à l’Urbanisme. Un mail de la personne en charge du chantier indiquait par ailleurs que les travaux reprendraient au 15 novembre. Cela ne s’est pas fait par l’opération du Saint-Esprit."

Patricia Martelli, ancienne adjointe à la Santé, remet une couche: "Ce n’est pas lui qui relance, les dossiers continuent".

 

Sont cités en exemple les containers enterrés, la piscine, la campagne pour la dynamisation économique sur le territoire, la réhabilitation de l’espace Rondelli…

"Yves Juhel s’octroie 99% du programme de Jean-Claude Guibal, assène Patricia Martelli. Il aurait pu avoir l’honnêteté de dire qu’il le poursuit."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.