Rubriques




Se connecter à

Découvrez à quoi va ressembler la nouvelle Villa Lamartine à Monaco

La mairie a lancé le chantier d’un de ses projets phares: la restauration de la Villa Lamartine avenue Princesse Charlotte destinée à devenir, fin 2023, un lieu hybride pour accueillir des activités autant pour les jeunes que pour les seniors.

Cédric Verany Publié le 13/05/2021 à 13:45, mis à jour le 13/05/2021 à 13:46
Deux ans de travaux sont programmés pour transformer l’ancienne villa Belle Époque en un lieu moderne, aux touches anciennes, pensé pour accueillir du public en nombre.

Juste après les travaux du Jardin Exotique, c’est le plus important projet engagé par la commune cette année. Une visite de chantier a permis de lever le voile, mercredi matin, sur la réhabilitation de la Villa Lamartine, avenue Princesse Charlotte.

Le bâtiment communal, qui abritait jusqu’à il y a quelques semaines encore la sonothèque et vidéothèque José-Notari (déménagée à la Condamine), a vocation à devenir, fin 2023, un lieu de vie intergénérationnel, singulier en Principauté.

"Notre volonté est de créer ce lieu de vie, de culture, de loisirs, d’animations ouvert à toutes les générations en plein cœur de Monte-Carlo", rappelle le maire Georges Marsan.

La villa résoudra d’abord la problématique de reloger le club des anciens, Le Temps de Vivre, provisoirement installé dans des préfabriqués à la frontière avec Cap-d’Ail.

 

"Un lieu incontournable"

Mais la mairie entend optimiser les 1.000 mètres carrés sur trois niveaux.

"Ce sera un lieu incontournable de la Principauté, avec cette volonté intergénérationnelle. Tout le monde aura à gagner dans ces échanges", précise Camille Svara, première adjointe et déléguée aux seniors et à l’action sociale.

Le premier pôle, au rez-de-chaussée, sera celui de la détente et de la convivialité. Le restaurant pour personnes âgées A Pignata quittera le Rocher pour disposer d’un nouveau lieu plus fonctionnel avec cuisine. Au lieu des 19 places actuelles à Monaco-Ville, il y en aura 26, avec la possibilité de proposer deux services au déjeuner pour les affiliés.

À côté, un espace- pensé comme une cafétéria- aura l’esprit d’un pub avec billard, baby-foot, jeux de société. Et sera voisin d’une salle de lecture.

Au sous-sol, l’espace Snoezelen, consacré à cette activité multisensorielle, trouvera le cadre adéquat.

 
Les travaux ont démarré dans la villa, notamment pour la dépose du sol du rez-de-chaussée. Photo Jean-François Ottonello.

Une salle à louer pour des fêtes

Le deuxième pôle du projet est tourné vers les activités physiques.

La Villa Lamartine sera équipée de plusieurs salles pour des activités physiques à tout âge, avec des vestiaires attenants.

Le lieu modulable pourra être aussi utilisé dans toute sa superficie pour accueillir une centaine de personnes à l’occasion d’événements particuliers.

À l’étage, tout le premier niveau de la Villa Lamartine, avec une trouée mer visible depuis les fenêtres, sera l’espace fête.

Une grande salle polyvalente avec cuisine équipée, pensée pour être louée pour des réceptions privées.

"Nous pensons pour les anniversaires, mais aussi pour disposer d’un lieu convivial pour les jeunes de 15/17 ans, par exemple, qui n’ont pas grand-chose à Monaco", note Camille Svara.

Mais pas seulement.

La salle pourra être louée par toutes les générations pour héberger des soirées ou des dîners.

 

Un pôle dédié à la culture

Enfin, le deuxième étage sera le pôle culture avec une salle de chant, une salle de conférences, une salle informatique et une salle pour les ateliers créatifs.

Le projet n’existe pour l’instant que sur plan, les espaces de la Villa Lamartine ayant été mis à nu pour refaire les planchers et entamés le gros œuvre.

L’équipe communale espère pouvoir inaugurer ce lieu, au cours de son mandat, fin 2023.

Cinq millions d'euros

C’est le budget consacré par la mairie pour le projet Villa Lamartine. Une somme entièrement financée sur le budget de la commune.

Et par le soutien de donateurs privés, qui vont compléter l’enveloppe.

Un budget plutôt resserré dixit le maire, Georges Marsan. "Nous avons 1.000 mètres carrés à rénover, ce qui fait un ratio de 5.000 euros/mètre carré, très acceptable, en sachant que le poste le plus important du budget sera consacré à la création d’un ascenseur central, nécessaire pour desservir les trois niveaux."

"Un bâtiment technologique et accueillant"

C’est à l’architecte Gabriel Viora que la mairie a confié son projet de raviver la Villa Lamartine.

"Un projet passionnant dans un bâtiment remarquable classé, ce qui est à la fois une chance et une contrainte", confie le professionnel. La chance, de conserver le style Belle Époque. La contrainte de mettre aux normes pour les personnes à mobilité réduite et pour les règles sécuritaires, un immeuble largement centenaire.

Au final, seuls les murs de façade seront conservés à l’identique, à l’intérieur, tous les espaces vont être redistribués autour d’une cage d’escalier équipée avec ascenseur.

"Nous allons apporter un grand soin à l’ensemble, des ambiances agréables, façon boutique hôtel avec du mobilier design, des teintes douces tout en conservant une dynamique avec les moulures et les corniches anciennes. Ce même esprit sera présent dans tous les espaces: les salles de chant, de lecture, de sports. Et la salle de restaurant sera décorée comme un véritable restaurant, et pas comme une cantine", souligne l’architecte, qui complète: "notre objectif est de livrer un bâtiment technologique et accueillant".

Deux ans de travaux

L’ensemble du chantier entend respecter la démarche environnementale B2DM niveau Argent. C’est-à-dire? "Nous utiliserons des matériaux biosourcés pour l’isolation, les sols. Et nous installerons aussi, en toiture, 60 mètres carrés de panneaux photovoltaïques", explique Gabriel Viora.

La chaux sera aussi le matériau choisi pour le ravalement de façade, afin de redonner du prestige à ce bâtiment vieillissant sur le boulevard Princesse Charlotte.

À l’intérieur, le curage, la démolition et la reconstruction des planchers sont entamés depuis quelques jours. Pour les riverains, la mairie s’est engagée à limiter l’impact des travaux avec des écrans devant les portes et fenêtres pour éviter la propagation du bruit. Ainsi qu’une charte pour les ouvriers.

Les travaux doivent durer 24 mois.

Le restaurant A Pignata pensé dans un cadre cosy. Copyright Gabriel Viora Architecte.

Une villa construite fin XIXe

Bâtie en 1899, la Villa Lamartine est l’œuvre de l’architecte François Médecin, comme l’explique l’historien Pierre Laplace, dans son ouvrage Les anciennes villas et leurs hôtels à Monaco.

À l’époque, l’originalité du bâtiment et de sa façade réside dans la création de larges bow-windows d’inspiration Renaissance.

Avant de devenir un bâtiment public, la villa Lamartine a eu six propriétaires.

La dernière, Madame Malard, une libraire, a vendu à l’État en 1986. Ajoutant une condition à l’acte de vente "que le bâtiment soit affecté à un usage collectif, tout en permettant l’utilisation des locaux commerciaux du rez-de-chaussée à l’exception d’une librairie".

Promesse tenue. En 1991, l’État cède ensuite la Villa Lamartine et d’autres biens immobiliers à la mairie, en échange des anciens abattoirs, qui se situaient dans le quartier des Pêcheurs, au bout du Rocher, où sera construit par la suite le parking des Pêcheurs. Dans les années quatre-vingt, la mairie y aménagera la sonothèque José-Notari, puis la vidéothèque en 1992.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.