Rubriques




Se connecter à

À Monaco, la mairie valide la surélévation du bâtiment de la Sûreté publique

Réuni en session extraordinaire ce mardi, le conseil communal s’est prononcé à l’unanimité en faveur d’un dossier d’urbanisme, concernant la surélévation du bâtiment de la Sûreté publique rue Suffren-Reymond.

Cedric Verany Publié le 05/05/2021 à 19:44, mis à jour le 05/05/2021 à 20:48
Les travaux doivent démarrer en octobre pour bâtir ce nouveau bâtiment en 36 mois. Photo DR

Une adhésion unanime… non sans quelques anicroches.

Les élus ayant regretté devoir se déterminer en séance publique, sans aucune maquette ni visuel officiellement fournis. Le projet prévoit d’ajouter trois niveaux supplémentaires au bâtiment actuel datant de 1986 avec une surélévation en structure bois et toiture en zinc.

"Une manière d’expérimenter un signal urbain fort", note le rapporteur devant le conseil communal, François Lallemand. "J’ai le souvenir d’un bâtiment un peu ingrat dans le quartier", relève Axelle Amalberti-Verdino.

La surface brute totale du bâtiment passera à 9.444 mètres carrés. Les travaux, prévus pour durer 36 mois, doivent démarrer le 2 octobre 2021 pour livrer un bâtiment neuf à la façade mêlant le rouge en soubassement, le blanc et le gris, donnant à l’édifice une esthétique discutable.

 

Sur ce point, le conseil communal a demandé au gouvernement de revoir les teintes des façades et de représenter ensuite le projet au conseil communal, dont l’avis est consultatif.

Des végétaux sacrifiés

Autre recommandation: veiller à ce que le bois utilisé pour l’extension soit certifié FSC ou PEFC, labels qui garantissent une gestion durable des forêts.

Concernant cette facette environnementale, l’élu André J. Campana a déploré que le projet sonne le glas des jardinières bordant l’entrée actuelle de la Sûreté publique, garnies de palmiers et de plantes grasses.

"On supprime un petit espace de verdure rue Suffren-Reymond alors que l’on sait que la végétation en ville a un impact sur la qualité de vie et la santé des citadins", a soufflé le conseiller communal.

Une complainte entendue mais qui ne permettra pas de sauver les jardinières. En "échange", le projet promet de replacer ces végétaux sur la future terrasse du bâtiment, quelques étages plus haut. Tant pis pour les riverains...

La jardinière devant l’entrée du bâtiment devra disparaître. Photo Jean-François Ottonello.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.