Rubriques




Se connecter à

Plus clairs et moins chers: la SNCF simplifie sa gamme de prix

La SNCF a dévoilé mardi une remise à plat de sa gamme tarifaire pour les TGV et Intercités, visant à la rendre moins opaque et plus accessible, afin de faire revenir les passagers dans ses trains.

AFP Publié le 01/06/2021 à 18:50, mis à jour le 01/06/2021 à 18:46
La SNCF a dévoilé mardi une remise à plat de sa gamme tarifaire sur les TGV et Intercités AFP/Archives / Lionel BONAVENTURE

"Je souhaite que le train longue distance s'impose comme un mode de transport populaire, accessible à tous, en particulier pour la jeunesse qui aspire à voyager sans abîmer la planète", a déclaré le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou.

Il a expliqué vouloir en particulier "décoller le sparadrap qui s'installait" autour de l'idée du TGV cher et de l'opacité de sa tarification.

Le "yield management", qui détermine depuis les années 1990 le niveau des prix en fonction de la demande, donne en effet l'impression que le train fétiche de la SNCF est plus coûteux qu'il ne l'est vraiment car les billets achetés au dernier moment peuvent être très chers, a regretté M. Farandou.

"Le TGV doit être accessible, lisible, simple", a-t-il souligné.

 

La principale mesure concerne la fusion dès ce mardi des différentes cartes de fidélité Avantage (famille, senior, jeune et week-end) qui offrent 30% de réduction.

La nouvelle carte unique, vendue comme ses aînées 49 euros pour un an, offrira également 60% de réduction pour trois enfants et garantira un prix plafonné pour toutes les destinations, même au dernier moment --s'il reste de la place, bien sûr.

Réduction comprise, le billet ne coûtera ainsi en seconde pas plus de 39 euros pour les trajets de moins de 1 heure 30 (environ 25% des voyages), pas plus de 59 euros pour les trajets entre 1 heure 30 et 3 heures (50%) et pas plus de 79 euros pour les trajets plus longs (25%). Et 19, 29 et 39 euros respectivement pour les enfants.

Prix minimum et maximum

Mais il y a un bémol: les adultes de 28 à 59 ans ne pourront pas en profiter en semaine, sauf s'ils ont des enfants avec eux ou s'ils prennent un retour après le week-end.

 

Et la carte Avantage ne sera sans doute pas reconnue dans tous les TER. "Les régions ont la liberté de nous suivre ou pas", a remarqué Valérie Maucotel, la responsable du programme.

"Notre objectif est simple, que tous les Français achètent cette carte", a indiqué Alain Krakovitch, le directeur de Voyages SNCF (les grandes lignes), alors qu'il y a en ce moment 2,5 millions de cartes en circulation.

"Notre objectif c'est que l'an prochain, cette carte nous permette de gagner 20 millions de voyages supplémentaires" par rapport à 2019 avant la pandémie, a renchéri Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs (la compagnie ferroviaire proprement dite).

"Pour nous, c'est un élément très important, et d'ici 2030, notre objectif est d'avoir plus de 200 millions de voyages par an grâce à la grande vitesse et grâce à ces cartes", un chiffre à comparer avec 115 millions en 2019, a-t-il ajouté.

 

La SNCF promet aussi pour le 17 juin une simplification de sa grille avec la fin des "tarifs un peu exotiques". En particulier, les billets ne pourront plus être moins chers en première classe qu'en seconde.

Les clients verront également, pour chaque destination, quels sont les prix minimum et maximum pratiqués par la compagnie.

Héritée de la crise sanitaire, la possibilité d'échanger ou de se faire rembourser les billets jusqu'à trois jours avant le départ est pérennisée.

Pour la rentrée, la SNCF annonce un abonnement annuel dédié au télétravail, pour ceux qui ne voyageraient plus que deux ou trois fois par semaine.

Elle va aussi simplifier son programme de fidélité "Grand voyageur" en reconnaissant la fréquence des déplacements de ses clients.

Enfin, la compagnie va offrir début 2022 une formule permettant aux seniors de se déplacer sans limitation en TGV du lundi au vendredi pour 79 euros par mois, à l'image du "TGV Max" pour les 16-27 ans.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.