L'aéroport de Berlin paralysé par une grève du personnel

Tous les vols au départ et à l'arrivée de l'aéroport de Berlin étaient annulés mercredi en raison d'une grève du personnel au sol qui juge insuffisantes les hausses de salaire proposées par la direction, ont indiqué l'aéroport et les représentants du personnel.

La rédaction Publié le 25/01/2023 à 11:20, mis à jour le 25/01/2023 à 11:18
Les vols reprendront dès jeudi matin, a indiqué l'aéroport. Photo d'illustration Patrice Lapoirie

Environ 300 décollages et atterrissages avec près de 35.000 passagers étaient initialement prévus pour la journée, avait prévenu l'aéroport lundi, invitant les passagers concernés à contacter leur compagnie aérienne pour connaître les options alternatives.

Le syndicat Verdi, qui a lancé un appel à la grève, exige une augmentation des salaires de 500 euros par mois sur douze mois pour les 6.000 personnels d'assistance et de sécurité de l'aéroport de Berlin.

Il estime que la négociation collective en cours n'avance pas de manière significative et espère par cette grève d’avertissement mettre la pression sur la direction.

L'aéroport de Berlin est la troisième du pays en nombre de passagers après Francfort et Munich.

Les vols doivent reprendre jeudi matin

"Les propositions actuelles de l'employeur restent largement en retrait par rapport aux revendications des salariés, tant au niveau de l'augmentation que de la durée", a estimé le syndicat auprès de la télévision publique.

Verdi table sur la participation de 1.500 salariés à l'arrêt de travail de 24h00.

Les vols reprendront dès jeudi matin, a indiqué l'aéroport.

Les records d'inflation enregistrés ces derniers mois en Allemagne, avec un pic de 10,4% en octobre, ont tendu les négociations salariales annuelles dans les différents secteurs d'activité du pays.

La Poste a connu la semaine dernière plusieurs jours d'arrêts de travail de plus de 15.000 salariés, également à l'appel du syndicat Verdi qui demande une hausse de 15% des salaires.

Les salariés de l'industrie allemande avaient eux mené une série de débrayages à l'automne lors de négociations collectives qui s'étaient conclues par une hausse de salaires de 8,5% sur deux ans.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.