La voile fait son retour dans le transport maritime, Corsica Ferries s’y intéresse de près

De plus en plus pointés du doigt dans les ports où ils font escale, les navires de commerce pourraient redorer leur image grâce à la voile. Corsica Ferries s’y intéresse de près.

Article réservé aux abonnés
P.-L. P. Publié le 24/01/2023 à 19:03, mis à jour le 24/01/2023 à 16:19
Pierre Mattei, le président de la compagnie maritime Corsica Ferries. Photo NICE MATIN

Verra-t-on dans un proche avenir un car-ferry jaune et blanc à voiles dans le port de Toulon? Pierre Mattei, le président de la Corsica Ferries, tempère les ardeurs des plus optimistes. Mais la compagnie maritime corse s’intéresse de très près à ce mode de propulsion qu’on croyait appartenir définitivement au passé. Au point d’avoir investi tout récemment dans la start-up nantaise Neoline, conceptrice du Neoliner, un cargo à voiles de 136mètres de long qui devrait naviguer entre la France, le Canada et les États-Unis dès 2025.

De passage justement à Nantes la semaine dernière pour l’annonce du lancement de la construction du Neoliner, Pierre Mattei explique son intérêt pour la propulsion vélique adaptée au transport maritime. "Les questions environnementales sont de plus en plus importantes, surtout en Méditerranée où une zone SECA de contrôle des émissions d’oxydes de soufre sera bientôt mise en place. Le cargo à voiles conçu par Neoline, à la fois économique et écologique, est une solution intéressante. On n’a donc pas hésité longtemps à soutenir financièrement cette jeune société et à nous embarquer dans l’aventure".

Mais pour ce qui est de voir un ferry à voile naviguer un jour entre Toulon et l’Île de Beauté, l’armateur corse ne laisse guère planer de doute. "Avec une vitesse de 14 ou 15 nœuds, la propulsion vélique, assurée dans ce cas précis par le gréement Solid Sail des Chantiers de l’Atlantique, est plus adaptée au transport de fret qu’à celui des passagers". Parmi les clients qui se sont déclarés prêts à utiliser le Neoliner à travers l’Atlantique figurent déjà Renault, Bénéteau, Michelin, Clarins, Jas Hennessy, Rémy Cointreau ou encore Manitou.

Le Neoliner, premier cargo à voiles conçu par la société nantaise Neoline, va être construit dans le chantier naval turc RMK Marine. Coût de la construction: 60 à 70 millions d’euros. (Photo: Image de synthèse Mauric/Neoline). DR.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.