“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Une pièce, deux Molières au théâtre Princesse-Grace

Mis à jour le 18/05/2017 à 12:04 Publié le 18/05/2017 à 05:04
Julia Faure et Pierre-François Garel incarne à merveille le jeune couple, dont s'empare Waladié et Yordanof dans leur jeu de massacre pervers et complice.

Julia Faure et Pierre-François Garel incarne à merveille le jeune couple, dont s'empare Waladié et Yordanof dans leur jeu de massacre pervers et complice. Dunnara MEAS

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Une pièce, deux Molières au théâtre Princesse-Grace

La pièce « Qui a peur de Virginia Woolf ? », pour laquelle le comédien monégasque Wladimir Yordanoff a reçu un Molière, a fait étape mardi soir à Monaco. Devant une salle quasi comble

Tapis et escalier rouge sur fond blanc, et cette situation, embarrassante entre toutes, à laquelle nous avons tous été confrontés un jour : un vieux couple qui s'affronte, entre tendresse et cruauté, à grands coups de mots qui font mal, dans une hargne contagieuse.

La pièce d'Edward Albee, écrite en 1962, est jouée pour la première fois à Broadway, puis transposée au cinéma par Mike Nichols (Le Lauréat), avec Elizabeth Taylor (qui y gagne son deuxième Oscar, pour ce qui est considéré comme la meilleure prestation de sa carrière) et Richard Burton. Couple en scène comme à la ville, il est de notoriété publique que ce qu'ils adorent par-dessus tout, c'est se détester. Nichols leur a offert une scène pour le montrer.

Voilà qui plante le décor.

Petits massacres entre couples

Quelque part sur un campus américain, Dominique Valadié est Martha, fille du président de l'Université, mariée à Georges, professeur d'histoire à l'ambition contrariée, incarné par Wladimir Yordanoff. Au retour d'une soirée arrosée organisée par son père, Martha invite un jeune professeur séduisant et sa femme « pour être gentil avec eux, comme papa l'a demandé ».

Georges découvre, contrarié, ce que l'on devine être une énième machinerie de sa soûlarde d'épouse.

Le jeune couple est, dès son arrivée, plongé au cœur d'un jeu pervers du chat et de la souris, nourri par des dialogues où les insultes et autres jurons sont maniés avec une dextérité de dentellière.

Deux statuettes, une nomination

Les vieux complices ennemis offrent aux plus jeunes une vision d'un avenir terrifiant dans lequel ils refusent de se projeter, sous le regard amusé du public monégasque, oscillant entre éclats de rire et silence grave.

Dominique Maladie, nominée aux Molières, incarne une Martha moins tendue qu'Elizabeth Taylor, mais dont la cruauté est d'autant plus frappante qu'elle est nonchalante. Wladimir Yordanoff, quant à lui, a largement mérité le Molière reçu pour ce rôle, il y a tout juste un an. Il campe remarquablement l'homme dantesque, intérieurement brisé par son épouse déçue, qui continue de le piétiner autant qu'il la malmène, et qu'il achève dans un sursaut de panache.

Le décor dépouillé met en exergue la mise en scène tirée au cordeau du funambule Alain Françon, qui décroche là sa deuxième statuette.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.