“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un hommage au Japon aux Mandolines Le théâtre et la danse à l'honneur au château

Mis à jour le 22/07/2018 à 05:10 Publié le 21/07/2018 à 05:10
H. Tsuji, Duo Romanesca et M. Moletto pendant le concert de 19 heures, hier à l'église St Pierre de Castellar.

H. Tsuji, Duo Romanesca et M. Moletto pendant le concert de 19 heures, hier à l'église St Pierre de Castellar. Arianna Poletti

Un hommage au Japon aux Mandolines Le théâtre et la danse à l'honneur au château

À l'occasion du 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon en 2018, la deuxième soirée du Festival International de Mandoline de Castellar était consacrée à l'Orient Dimanche s'ouvre la 44e édition du Festival de Théâtre et de Danse de Roquebrune-Cap-Martin. Pendant quinze jours, les artistes se succéderont sur le parvis prince Rainier-III

Hier soir, ce n'était pas l'orgue qui résonnait dans l'église de Saint Pierre de Castellar, mais des mandolines, des guitares, des mandoles et d'autres instruments à cordes venus de l'Orient. La deuxième soirée du Festival International de Mandoline de Castellar s'est déroulée dans une ambiance inhabituelle et fascinante. Les lumières orangées, les plantes à l'arrière-plan, le tableau coloré et même des bulles de savons qui descendent sur les spectateurs pendant le concert. Tout rappelait le Japon en contrastant avec le visage classique et imposant de l'église.

« Les deux concerts de ce soir sont dédiés à la musique japonaise. Nous célébrons cette année le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon. Pour l'occasion, nous avons voulu inviter à Castellar, parmi les autres invités japonais, le grand maître Yasunobu Inoue, explique Claude-Christian Pierre, président de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct