Rubriques




Se connecter à

Six dates dans la région: Jean-Pierre Darroussin pour la première fois seul en scène avec "Rimbaud en feu"

Avec Rimbaud en feu, le comédien se présente pour la première fois de sa carrière dans un seul en scène, écrit par son ami Jean-Michel Djian et mis en scène par son épouse, Anna Novion. A découvrir mercredi et jeudi, à Grasse.

Jimmy boursicot Publié le 07/11/2021 à 14:25, mis à jour le 07/11/2021 à 14:28
Photo E. Blondet/ Abaca

En 2018, Jean-Pierre Darroussin avait été récompensé d’un Molière pour sa performance dans Art, une machine comique parfaitement huilée signée Yasmina Reza. Cette fois, on le retrouve dans un autre registre avec Rimbaud en feu, plus intime, plus exalté. La pièce est écrite par Jean-Michel Djian. Spécialiste du poète, il lui a déjà consacré plusieurs ouvrages et un documentaire. Pour son ami acteur, il a imaginé une intéressante variation se déroulant en 1924, année de la publication du manifeste du surréalisme.

"La révolte d’un fou"

Dans Rimbaud en feu, Jean-Pierre Darroussin, incarne le pensionnaire d’un asile, convaincu d’être l’auteur du Bateau ivre et des Illuminations.

"Il se sent habité par cette espèce de volonté de fusion avec tous les éléments, avec la nature, avec la pensée... Il est dans une forme de rage fulgurante, il refuse d’être coincé dans un schéma. Il se sent un peu persécuté par le normatif. De temps en temps, des poèmes rimbaldiens émergent évidemment dans le spectacle. Mais on convoque aussi la poésie à travers d’autres auteurs. Et cette révolte, la révolte d’un fou", nous explique l’acteur par téléphone.

Contrairement à ce que Jean-Pierre Darroussin croyait, l’exercice du seul en scène l’emballe. "J’étais même un peu sceptique vis-à-vis de cette forme. Je suis un défenseur du théâtre et pour moi, on met en scène, on met en jeu, des rapports entre des individus. Mais c’est une expérience particulière, que je ne suis pas mécontent de vivre. Il y a un engagement que je trouve assez passionnant, un rapport différent avec le public, avec un côté tour de chant", poursuit le comédien.

 

Anachronismes

En réalité, Arthur Rimbaud s’est éteint en 1891. Mais le personnage joué par Darroussin est convaincu d’avoir évité la mort. "Il raconte comment il est passé à travers la mort. Mais bon, on voit tout de suite les anachronismes, on comprend qu’on est dans une forme de délire. Il parle aussi de la guerre de 14-18, l’industrie, le progrès..."

Après une vingtaine de représentations, la pièce semble sur les rails. Jean-Pierre Darroussin assure pouvoir se reposer sur "la mise en scène très réglée", de son épouse, Anna Novion, qui opère habituellement au cinéma. "Les variations sont infimes d’un soir à l’autre. Intérieurement, on a l’impression qu’il y a beaucoup de changements. Mais pour le spectateur, c’est quand même très proche. Les repères et le rythme sont en place. Après, cela dépend de ce qu’on perçoit de l’écoute du public."

En tournée dans la région

- Les 10 et 11 novembre au Théâtre de Grasse (20h et 17h). Tarifs: 38 euros, réduits de 8

à 34. Rens. 04.93.40.53.00 et theatredegrasse.com.

- Le 13 novembre (20h30) au Théâtre Jules-Verne, à Bandol. Tarifs: 25 euros, réduits 22 et gratuit pour les moins de 12 ans. Rens. 04.94.29.22.70 et bandoltourisme.fr

- Le 22 novembre (20h30) au Théâtre Princesse-Grace,

à Monaco. Tarifs: de 25 à 35 euros, réduits de 17 à 24 euros. Rens. 00.377.93.25.32.27  et tpgmonaco.mc.

- Du 5 au 9 janvier au Théâtre Le Liberté, à Toulon. Tarifs:

24 euros, réduits de 5 à 19.

Rens. 09.80.08.40.40 et chateauvallon-liberte.fr

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.