“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Salle comble à l'ouverture du Festival de musique de chambre !

Mis à jour le 07/03/2017 à 05:17 Publié le 07/03/2017 à 05:17
Une belle complicité sur scène lors de ce magnifique concert dans l'intimité de la salle Daner.

Une belle complicité sur scène lors de ce magnifique concert dans l'intimité de la salle Daner. S.I.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Salle comble à l'ouverture du Festival de musique de chambre !

Les rideaux se sont levés samedi, sur le 19e Festival de Musique de Chambre à Beausoleil, faisant salle comble au Théâtre Daner.

Les rideaux se sont levés samedi, sur le 19e Festival de Musique de Chambre à Beausoleil, faisant salle comble au Théâtre Daner. Le maire Gérard Spinelli a ouvert le Festival, aux côtés d'Alexandre Del Fa, directeur de l'école municipale de musique, qui a ensuite présenté tout le programme ainsi que le concert de la soirée. Avec un trio atypique, composé de deux guitaristes, Augustin Wiedemann et Michael Koschorreck « Kosho », également chanteur, et un violoniste alto, Johannes Erkes. Ces musiciens crossover ont présenté « Songlines, de Dowland à Shubert à Kosho », partageant leur enthousiasme pour toutes les musiques, combinant musique ancienne et compositions personnelles modernes.

Le répertoire varié a débuté par Suite pour violoncelle n°1 de Jean-Sébastien Bach, une vraie sonate au départ, pour évoluer en une improvisation mêlant virtuosité et grande sensibilité musicale.

S'ensuivit Play Bach-The Road arrangée par le groupe et chantée par Michael Koschorreck, qui a séduit le public avec sa voix chaleureuse, suave, intense et profonde, dotée d'une grande amplitude.

Autres interprétations : Jazz Sonata (Lento/Allegro assai) de Dusan Bogdanovic, des œuvres de Franz Schubert, et de John Dowland.

Le violoniste Johannes Erkes a joué avec un violon alto de Giuseppe Guadagnini de 1798, procurant un son et une mélodie extraordinaires. Quant au guitariste Augustin Wiedemann, comme l'avait fait remarquer le regretté Roland Dyens, ce fut «...un grand plaisir à écouter quelqu'un qui comprend la musique avec une telle clarté...c'est un artiste complet alliant technique et musicalité ». Très applaudis, le trio a offert 2 rappels, Play Bach-The Road et Kasatschok de Gismonti.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.