Rubriques




Se connecter à

Patrick Hourdequin tire sa révérence

Il était une figure de la culture monégasque. Passionné de spectacle et fidèle du Festival international du cirque, il avait dirigé pendant trente ans le théâtre Princesse-Grace.

CEDRIC VERANY Publié le 17/02/2016 à 14:30, mis à jour le 17/02/2016 à 05:05
Jusqu'en 2011, Patrick Hourdequin a tenu les rênes du théâtre Princesse-Grace, dont il fut le premier directeur. Photo archives NM

Il était un amoureux du cirque, du spectacle, de la scène. Une figure de la culture monégasque. Pas toujours la plus reconnue, mais l'une des plus populaires. Patrick Hourdequin s'en est allé. L'ancien directeur du théâtre Princesse-Grace et conseiller artistique du Festival international du cirque est décédé dimanche 14 février. Il avait 69 ans.

Le cirque était la passion numéro 1 de cet enfant de la balle, natif de Tournai en Belgique.

«Deux à trois fois par an, mes grands-parents m'emmenaient à Paris voir des spectacles. J'adorais ça. Les cirques des Medrano ou des Bouglione, les opérettes avec Luis Mariano au théâtre du Châtelet et les comédies de boulevard» nous confiait-il, avec malice, il y a quelques années.

Après une première expérience sur scène à l'adolescence, il intègre, étudiant, une troupe de théâtre tout en suivant son cursus de droit. Une formation qui l'amène, après un doctorat, à démarrer une carrière de conseiller juridique. «J'ai fait une déprime, j'ai été malade trois mois…»

 

Une vie de saltimbanque

L'amour du spectacle sera plus fort. Émilien Bouglione lui propose de venir faire le suivi administratif de son cirque. La famille Hourdequin quitte la Belgique et s'achète une caravane en 1976.

«Le premier hiver, nous dormions à quatre dans le même lit tellement il faisait froid.» Une vie de saltimbanque qui les conduit en Principauté.

Venu en spectateur au Festival du cirque en 1980, il dépose son CV. «J'étais convaincu de finir ici», racontait-il. Un pari qui paye quand, quelques mois plus tard, on l'appelle pour prendre la direction d'une nouvelle salle de spectacles qui était en cours de création à Monaco: le théâtre Princesse-Grace.

 

Le jeune directeur voit alors naître cette scène et assiste aux travaux que la princesse suivait de près, comme il aimait le rappeler, fourmillant d'anecdotes détaillées à chaque visiteur qui venait dans son antre de l'avenue d'Ostende. Une direction qu'il a quittée le cœur lourd en 2011, après trois décennies de programmation.

Chevalier de l'ordre de Saint-Charles, Patrick Hourdequin avait conservé la présidence de l'association monégasque des Amis du cirque. Et il gardait toujours un œil attentif sur le festival, pour lequel, encore en janvier dernier, il avait organisé plusieurs expositions thématiques.

Ses obsèques seront célébrées vendredi à 10h30 en l'église Saint-Charles. À son épouse Krinou, à ses enfants Sophie et Alexandre et à sa famille, la rédaction de Monaco-Matin présente ses très sincères condoléances.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.