Nomination aux Molières 2022, quatre mois à guichets fermés... le pas réussi vers le théâtre de Vanessa Paradis

Après le cinéma et la chanson, la voilà dans "Maman", une pièce écrite et mise en scène par son mari, Samuel Benchetrit. Avec lequel elle partagera l’affiche à Antibes, de jeudi à samedi.

Article réservé aux abonnés
Jimmy Boursicot Publié le 15/11/2022 à 17:00, mis à jour le 15/11/2022 à 19:30
Après le cinéma et la chanson, Vanessa Paradis est dans "Maman". Photo Jean-Marc Rebour

Au départ, elle a quand même douté, craint de faire face à une assistance concentrée, mais silencieuse. Puis elle a fini par franchir le pas, il y a un peu plus d’un an à Paris, au Théâtre Edouard VII. Accueil chaleureux, quatre mois à guichets fermés, dans une période post-Covid compliquée pour le spectacle vivant. Tout ça "grâce au texte, merveilleusement écrit, de Samuel. J’adore la sensibilité et l’humour qu’il y a mis. Cette histoire, je la trouve sublime. Elle parle d’amour, d’enfants, de drames, de la maltraitance des femmes", assure Vanessa Paradis au bout du fil.

La chanteuse et actrice de cinéma semble oublier sa performance dans l’équation. Pourtant, à l’aube de ses cinquante ans (elle les aura le 22 décembre), elle a bel et bien ajouté une corde à son arc. Son rôle dans Maman lui a valu une nomination au Molière de l’actrice dans un spectacle de théâtre privé.

"On s’amuse, on donne, on s’exprime..."

On lui demande de définir son personnage, cette Jeanne mariée depuis un quart de siècle, vendeuse de vêtements pour femmes enceintes. "C’est une femme qui a connu un très gros drame, plus jeune, avec son mari. Un soir, elle ferme sa boutique et elle croise un jeune homme en attendant son taxi. Il la prend pour une prostituée et l’aborde. De là va naître une curiosité chez elle envers lui. C’est un vagabond, un orphelin. Une idée folle surgit dans la tête de Jeanne. Elle veut l’adopter. Pour lui, mais aussi pour elle et son mari. Elle retrouve de la lumière et beaucoup de vie à travers cette perspective. Cela lui donne une grande détermination, tout en la faisant paraître un peu dérangée", explique Vanessa Paradis.

Au fil des mois, à Paris puis lors d’une tournée déjà passée par Sainte-Maxime, Toulon et Monaco, l’interprète de Joe le taxi s’est sentie transportée par ce nouvel exercice. "Il faut le vivre pour comprendre à quel point le théâtre procure une énorme décharge d’adrénaline. Très différente mais aussi puissante que les concerts", dit-elle de sa voix reconnaissable entre mille.

"J’ai très envie de continuer. Quand on aime jouer la comédie, on est servi. J’adore les plateaux de cinéma, mais on ne joue pas tant que ça chaque jour. Là, c’est une heure et demie, sans lâcher le fil. Sur scène, on s’amuse, on donne, on s’exprime... Tous les soirs, on remet les compteurs à zéro, il y a quelque chose à gagner."

 

"Une muse, ce n’est pas une statue dénuée d’idées"

Pour ces trois représentations au théâtre Anthéa, Vanessa Paradis partagera l’affiche avec Gabor Rassov et Simon Thomas, mais aussi Samuel Benchetrit, qui a succédé à Eric Elmosnino dans le costume de Bernard, l’époux de Jeanne. De quoi renforcer l’alchimie face au public?

"C’est difficile d’avoir du recul sur ce sujet, mais pour incarner un couple qui doit vivre une aventure plus qu’originale, c’est forcément un plus. L’énergie, la profondeur des sentiments évoluent. Moi, je sais le plaisir que je prends à jouer face à Samuel. Et les gens nous disent qu’ils ressentent notre complicité, notre amour", poursuit la comédienne.

Une nouvelle collaboration artistique pour le couple arrivant juste après Cette musique ne joue pour personne, long-métrage présenté hors compétition au Festival de Cannes, l’an dernier, dans lequel Benchetrit, scénariste et réalisateur, avait fait tourner Paradis. Vous avez dit muse? "chaque fois que je travaille avec quelqu’un, on a tendance à dire que je suis sa muse, c’est vrai. Je ne trouve pas ça péjoratif. Une muse, ce n’est pas une statue dénuée d’idées. Elle n’inspire pas que physiquement. Ce mot, il est très vaste, très beau", conclut-elle.


Maman à Anthéa. Jeudi 17 novembre à 20h, vendredi 18 et samedi 19 à 20h30. Tarifs: de 28 à 67 €. Rens. 04.83.76.13.00. anthea-antibes.fr

 
DR.

En terrain connu

Souvent passée par Cannes, possédant des racines dans le golfe de Saint-Tropez, où son père gérait un hôtel et où elle avait une maison avec Johnny Depp, Vanessa Paradis possède pas mal de souvenirs sur la Côte d’Azur. Elle y a notamment tourné à deux reprises pour Patrice Leconte à la fin des années 1990. Il y eut Une chance sur deux, avec Belmondo et Delon. Puis La Fille sur le pont et ses scènes tournées du côté de Juan-les-Pins. "On a commencé à Paris, puis on est descendu tout doucement dans le Sud, avant la Turquie et la Grèce. Dès qu’on tourne en dehors de la ville dans laquelle tout le monde habite, on devient plus proches. J’en garde des souvenirs idylliques", assure Vanessa Paradis. Durant ses trois jours à Antibes, la native de Saint-Maur-les-Fossés compte bien "profiter de la mer, de la lumière et de la douceur du climat".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.