Rubriques




Se connecter à

Mondial du théâtre amateur: 60 ans de scènes ouvertes au monde... et pas une ride!

Pionnier dans la promotion des performances au niveau amateur, le Festival de théâtre monégasque créé en 1957 revient, la semaine prochaine, pour une 16e édition emplie de vitalité culturelle

Florent A. Motey Publié le 18/08/2017 à 09:24, mis à jour le 18/08/2017 à 09:25
Une troupe venue du Bangladesh lors de la dernière édition organisée en 2013. Photo Mondial du Théâtre

Seules une canne et une légère baisse auditivetrahissent le temps qui sépare Max Brousse de sa jeunesse ébranlée par la création «du premier festival international dédié aux performances du théâtre amateur».

Aujourd’hui âgé de 94 ans, l’ancien élève de Robert Manuel, professeur à la Comédie-Française, pourrait parler des heures de cette création 100 % monégasque.

"J’avais reçu un mandat du conseil communal pour représenter la Principauté devant l’association internationale du Théâtre amateur (AITA)", se remémore-t-il.

Du haut de ses 23 ans, ce passionné des planches ose alors proposer cette idée de festival à chaque membre de l’AITA, cinq ans après la création cette association. L’événement reviendrait tous les deux ans au calendrier.

 

Une formule pensée avec, entre autres, son frère Guy Brousse, René Cellario et Jean Ratti.

"Ils m’ont calmé dans mes ardeurs, n’oubliez pas que j’étais jeune à l’époque, en rigole Max Brousse. Ils m’ont fait prendre conscience que les troupes de chaque pays avaient besoin d’argent pour venir à Monaco."

Tous les quatre ans

"L’idée d’un rendez-vous tous les quatre ans, comme la Coupe du monde de football, convenait à toutes les parties". Soixante ans et seize éditions plus tard, c’est Pierre Cellario, comédien amateur au Studio de Monaco – tout comme Max Brousse, qui est co-responsable depuis 1997 du Mondial du Théâtre.

"J’ai effectué mes premiers pas dans ce festival en tant que bénévole en 1985", se remémore Pierre Cellario, le secrétaire général adjoint âgé de 53 ans, dont trente-deux au service de ce festival qui accueillera, dès ce lundi 21 août prochain, vingt-quatre troupes venues du monde entier.

Aucune thématique n’est imposée par la direction du Mondial du théâtre amateur. L’étape monégasque se concentre sur une programmation qui s’adresse à tous les publics.

La gestion des pièces de théâtre à destination du jeune public est confié par l’AITA à la ville de Lingen, en Allemagne. «Relayer la notion de vivre-ensemble à travers des productions étrangères s’est naturellement imposée au cours de la dernière édition et reviendra cette année», précise Pierre Cellario. Revenir pour toutes les éditions est également impossible pour les troupes.

 

"Les participants doivent attendre huit ans pour pouvoir revenir au festival, afin de permettre au plus grand nombre de troupes d’y participer", indique Pierre Cellario, secrétaire général du Mondial entre 1997 et 2009.

Buffet, espace privilégié à l’étage de l’Auditorium Rainier-III et même une petite piste de danse… toutes les attentions ont été pensées pour les participants. Du comédien aux metteurs-en-scène, en passant par les techniciens. "Une bonne réception est importante pour que les comédiens se sentent à l’aise sur scène", précise Pierre Cellario.

En russe, japonais ou islandais

Les spectateurs pourront découvrir des œuvres originales ou revisitées par des metteurs en scène venus d’Afrique, d’Asie et d’Europe. La direction du Festival a distillé deux règles: jouer deux fois sur deux jours dans une des trois salles – Palais Garnier, Salle Princesse Grace et Salle des Variétés – et jouer toutes les pièces dans la langue locale des participants.

Qu’elle soit russe, japonaise ou en islandaise. Une pièce de théâtre marocaine, à l’affiche les 27 et 28 août prochains, se concentrera sur le sujet souvent tabou du viol. Des colloques seront organisés, en présence notamment du metteur-en-scène britannique Keith Homer, présent lors de l’édition en 2001.

En cas d’annulation de la venue d’une troupe, Pierre Cellario pourrait se rappeler au bon souvenir de l’édition 2005 où les membres du studio de Monaco avaient dû pallier au dernier moment l’absence d’une troupe. «On a joué la pièce Thé à la menthe ou T’es citron.

La représentation a tellement plu à un metteur-en-scène italien présent à cette édition… qu’il a contacté les metteurs-en-scène – le couple Haudecoeur – pour l’adapter en italien. Et la pièce est encore jouée!»

Savoir +
Mondial du Théâtre amateur.Du Lundi 21 au mardi 30 août. Au Théâtre Princesse Grace, des Variétés et de la Salle Garnier. Rens. 93.25.12.12.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.