“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les petits de Beausoleil entre plumes et pinceaux

Mis à jour le 21/05/2017 à 05:02 Publié le 21/05/2017 à 05:02
Prendre contact avec le livre dès le plus jeune âge permet de le désacraliser, de mieux se  l'approprier à l'âge adulte.

Prendre contact avec le livre dès le plus jeune âge permet de le désacraliser, de mieux se l'approprier à l'âge adulte. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les petits de Beausoleil entre plumes et pinceaux

Pour la huitième année, la commune voisine de la Principauté a tenu son festival du livre jeunesse hier. Entre dédicaces, rencontres et théâtre, petites et grandes pupilles étaient pleines d'étoiles

Son petit menton à hauteur de la table, et ses grands yeux écarquillés et pétillants, la petite Clémence ose à peine donner son nom quand l'auteur-illustrateur, Ronan Badel, le lui demande pour la dédicace. Le précieux autographe achevé, la gamine n'attrape le livre que du bout des doigts, comme un précieux manuscrit, puis le serre contre elle. C'est ça aussi, le festival du livre jeunesse de Beausoleil. L'opportunité pour les petites têtes blondes, brunes, ou rousses, de rencontrer ceux et celles qui fabrique les histoires qui les font rire, rêver, frissonner.

Pour sa huitième édition, le succès est toujours au rendez vous. Une joyeuse marmaille s'ébroue, déambule entre les stands, et traîne les parents. «Ici particulièrement, on sent que les enfants ont un gros appétit, ils sont très en demande. Comme l'événement est bien préparé, ils deviennent impatients», constate Anne Jonas, auteur.

Cette préparation est un travail de longue haleine organisé par les enseignants et la mairie. Toute l'année les enfants étudient les œuvres des invités qui apprécient cette approche. Stephan Gaffoglio, responsable du service culturel de la Ville le constate : «Les professionnels qui participent sont tellement élogieux à notre sujet que nous n'avons aucune difficulté à faire venir ceux que les enseignants sélectionnent.»

« Se sentir utile »

Et certains artistes qui se font plutôt rares d'habitude, font exprès le déplacement sur la Côte d'Azur : «Je ne participe pas souvent à ce genre de manifestation, car ça demande beaucoup de temps. Ici, ce qui est très intéressant, c'est que l'on rencontre des enfants dont le français n'est pas la langue maternelle. Ces enfants irakiens, srilankais, philippins, portugais, sont tous bilingues. L'extérieur leur dit qu'ils sont immigrés, mais ils ont l'intelligence de la langue. Et le dessin les aide à mieux comprendre le français. Dans des moments comme ça, on se sent moins inutile que quand on dessine chez soi pour son propre plaisir», confie Pascal Lemaître, auteur-illustrateur.

Un sentiment partagé par Anne Jonas : «Quand on publie un livre, c'est un peu une bouteille à la mer. On n'en entend plus parler. Voir la réaction des enfants, ça permet de se sentir utile.»

D'autant plus utile qu'année après année, Stéphane Gaffoglio voit bien que «même les familles qu'on voyait venir contraintes par les enfants, finissent par venir avec plaisir, et à s'intéresser à la lecture.»


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.