“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La saison prochaine sera très VIP au théâtre Princesse-Grace

Mis à jour le 04/07/2017 à 12:41 Publié le 04/07/2017 à 05:12

La saison prochaine sera très VIP au théâtre Princesse-Grace

Le TPG dévoile une saison constellée de tête d'affiches. Et la venue pour deux soirées de la pièce Edmond, succès parisien qui vient de recevoir cinq Molière. Rendez-vous sur les planches entre le 26 septembre 2017 et 17 mai 2018

Elle l'annonce "très diversifiée comme d'habitude, pour que chacun y trouve son plaisir". Françoise Gamerdinger est fière de la saison qu'elle a concoctée pour le théâtre Princesse-Grace. Vingt-huit spectacles cette année, sélectionnés entre les grands succès des affiches parisiennes, les artistes connus que le public veut voir en scène. Et quelques pépites à découvrir.

Que les amoureux du théâtre se rassurent, Edmond, qui compile les trois casquettes, fait partie de la programmation. La pièce du brillant Alexis Michalik, succès débordant de l'année, cinq Molière au compteur, sera jouée deux fois en Principauté, les 18 et 19 avril.

Un rendez-vous qui devrait être rapidement complet dans un théâtre en forme niveau public puisqu'il affiche un taux de remplissage de 92 % pour la saison écoulée. La suivante ouvrira le 26 septembre, avec deux vieux briscards des planches, Pierre Arditi et Daniel Russo, dans un ping-pong verbal de deux voisins qui se croisent dans la cage d'escalier.

En solo, en duo, en troupe

Suivra la toujours très juste Ariane Ascaride, seule en scène dans un monologue autobiographique sur son amour du théâtre.

Et les pointures seules en scène sont nombreuses cette saison. Jacques Weber sur un texte de Samuel Beckett ; Zabou Breitman adaptant La compagnie des spectres de Lydie Salvayre ; Alexandre Brasseur qui prend les traits de son grand-père pour raconter la genèse du film Les enfants du paradis ; Patrick Timsit qui incarnera les mots d'Albert Cohen dans Le livre de ma mère. Ou Elliot Jenicot, de la Comédie-Française, qui s'empare des textes absurdes et jouissifs de Raymond Devos.

Repérés dans la programmation, quelques beaux tandems comme celui de Laetitia Casta et Raphaël Personnaz, couple qui s'étiole sur les mots d'Ingmar Bergman ou Aure Attika et Pascal Elbé, parents qui s'opposent dans L'éveil du chameau. Et l'émouvante pièce Les fantômes de la rue Papillon servie par Michel Jonasz et Samy Sehit.

Comme l'an passé, trois spectacles seront délocalisés au Grimaldi Forum. Une "collaboration intelligente" souligne Françoise Gamerdinger, "nous ne faisons pas cela pour avoir plus de spectateurs mais pour accueillir des spectacles qui ne pourraient pas s'installer sur la scène du TPG".

Il y aura Fanny Ardant reprenant le rôle de Jacqueline Maillan dans Croque-monsieur face à Bernard Menez et Pierre Rochefort ; Chantal Ladesou dans le toujours efficace Peau de vache de Barillet et Grédit. Et Acting, un trio inédit dans une cellule : Kad Merad, Niels Arestrup et Patrick Bosso.

Parmi les originalités de la saison, Natalie Dessay et Macha Meril joueront La légende d'une vie de Stefan Zweig entrecoupé d'une partition de Michel Legrand. Puis Franck Ferrand, la voix d'Europe 1 racontera les secrets de l'histoire. Et une petite pépite sélectionnée par Françoise Gamerdinger, La queue du Mickey qui plonge dans une tranche de vie des "malheureux anonymes".

Nouveauté cette année, le théâtre accueillera la troupe de Thomas Le Douarec pour la création L'idiot, de Dostoïevski, en mai. Ainsi qu'un spectacle en anglais. Les bords de scène, où le public peut échanger avec les artistes après la représentation, se poursuivent pour certains spectacles. Et des expositions sont annoncées dans le foyer du théâtre. La première en septembre, en collaboration avec les Archives du Palais princier, sera consacrée au prince Louis II.


Savoir +
Tarifs spectacles: de 22 à 33 euros. Les abonnements pour l’ensemble de la saison sont ouverts. La vente des tickets par spectacle démarre en septembre. Renseignements: www.tpgmonaco.mc et 00.377.93.25.32.27.


Le programme

- 26 et 27 septembre: "L’être ou pas", avec Pierre Arditi et Daniel Russo.
- 14 octobre: "Touchée par les fées", avec Ariane Ascaride.
- 24 octobre: "La dernière bande", avec Jacques Weber.
- 27 octobre: "Croque-monsieur", avec Fanny Ardant.
- 2 novembre: "La queue du Mickey", avec Pierre Hiessler et Yann de Monterno.
- 7 novembre: "Le monde d’hier", de Stefan Sweig
- 23 novembre: "Brasseur et les enfants du paradis", avec Alexandre Brasseur.
- 30 novembre: "L’entretien de M.Descartes" avec M. Pascal, avec Daniel et Williams Mesguich.
- 3 décembre: "La légende d’une vie", de Stefan Zweig.
- 7 décembre: "Vient de paraître", avec Jean-Paul Bordes.
- 14 décembre: "Le livre de ma mère", avec Patrick Timsit.
- 21 décembre: "Histoires, de" et avec Franck Ferrand.
- 14 janvier: "Silence, on tourne!", de Patrick Haudecoeur.
- 25 janvier: "Hôtel des deux mondes", de Eric-Emmanuel Schmitt.
- 1er février: "L’éveil du chameau", avec Aure Attika et Pascal Elbé.
- 3 février: "Peau de vache", avec Chantal Ladesou.
- 8 février: "Les fantômes de la rue Papillon", avec Michel Jonasz et Judith Magre.
- 15 février: "Scènes de la vie conjugale", avec Laetitia Casta et Raphaël Personnaz.
- 24 février: "Acting", avec Kad Merad, Niels Arestrup et Patrick Bosso.
- 15 mars: "Le médecin malgré lui", avec la troupe du Grenier de Babouchka.
- 20 mars: "La compagnie des spectres", de et avec Zabou Breitman.
- 29 mars: "Piège mortel", avec Virginie Lemoine.
- 6 avril: "Le cri de la pomme de terre du Connecticut"
- 10 et 11 avril: "Le temps qui reste", avec Philippe Lellouche, David Brécourt et Christian Vadim.
- 18 et 19 avril: "Edmond", d’Alexis Michalik.
- 7 mai: "L’idiot", de Dostoïevski.
- 8 mai: "The picture of Dorian Gray"
- 17 mai: "Les fous ne sont plus ce qu’ils étaient", d’après Raymond Devos avec Elliot Jenicot.


La suite du direct