“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Covid-19, dégât des eaux... Début de saison compliquée au Théâtre Princesse-Grace de Monaco

Mis à jour le 21/10/2020 à 21:34 Publié le 21/10/2020 à 21:19
Le Théâtre Princesse-Grace restera fermé au moins jusqu’en décembre.

Le Théâtre Princesse-Grace restera fermé au moins jusqu’en décembre. Photo archives Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Covid-19, dégât des eaux... Début de saison compliquée au Théâtre Princesse-Grace de Monaco

Comme beaucoup de salles de spectacles, le Théâtre Princesse-Grace connaît un début de saison difficile pour cause d’épidémie. La pièce de ce soir est annulée. Sans compter des infiltrations…

On a coutume de dire qu’un malheur n’arrive jamais seul. L’adage trouve un excellent terrain d’application au Théâtre Princesse-Grace. Cette scène, comme l’ensemble des institutions culturelles de Monaco, de France et d’ailleurs, souffre horriblement de la pandémie de Covid-19.

Il y a d’abord eu le confinement, puis la distanciation sociale imposant des jauges réduites – et donc des recettes amoindries. Et maintenant, voilà que le couvre-feu est décrété ici et là, en Ile-de-France et dans huit agglomérations françaises, dont peut-être bientôt celle de Nice, interdisant les soirées culturelles.

Heureusement, la Principauté n’est pas (encore?) concernée.

La dernière fois, c’était le 11 mars

C’est dans ce contexte cruel pour la culture que le Théâtre Princesse-Grace a subi une autre tuile en mai dernier.

Selon nos sources (1), une canalisation aurait cassé en contrebas de l’hôtel Hermitage, causant une infiltration qui a, lentement mais sûrement, atteint le théâtre, côté rochers. Là où se trouvent les loges des artistes, condamnées en ce moment.

Un dégât des eaux qui continue donc, aujourd’hui, de perturber le retour à la vie de la scène de l’avenue d’Ostende. Ce jeudi soir, en effet, elle devait accueillir ses premiers spectateurs depuis des lustres.

La dernière fois que le public avait poussé les portes du TPG, c’était pour une pièce de Tennessee Williams, "La Ménagerie de verre", le 11 mars dernier. Il y a plus de sept mois!

En raison du dégât des eaux, le spectacle avait, dans un premier temps, été délocalisé au Grimaldi Forum, dans la salle des Princes.

"La Souricière", d’après Agatha Christie, pièce adaptée par Pierre-Alain Leleu, a finalement été annulée, deux cas de Covid ayant été détectés dans la troupe devant se produire. Quand ça veut pas…

Les spectacles délocalisés

Et maintenant? Des travaux sont en cours. Plusieurs sociétés sont intervenues pour assainir au maximum les parties du théâtre touchées par l’infiltration d’eau dans les murs. L’assèchement se poursuit.

En attendant la fin des travaux, le Théâtre Princesse-Grace a obtenu du Grimaldi Forum et du Théâtre des Variétés la possibilité d’utiliser leurs scènes pour délocaliser certains de ses spectacles (lire ci-dessous).

En présentant la saison du TPG, début septembre, Françoise Gamerdinger, sa directrice, restait optimiste: "On ne s’est pas laissé paralyser par cet affreux virus (...). Nous avons voulu faire une programmation avec de grands noms, des textes variés, dans tous les genres pour faire plaisir à tout le monde. Je crois que notre pari sera réussi, ce sera une très belle saison."

Elle l’est, au regard de l’excellent niveau des réservations. Mais dans d’autres salles, au moins jusqu’en décembre.


1. La direction du Théâtre Princesse-Grace et le gouvernement princier n’ont pas souhaité répondre à nos sollicitations.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.