Rubriques




Se connecter à

Un million de pages, 330 avocats, 1.765 parties civiles... Les chiffres-clés du procès "historique" des attentats du 13 novembre 2015

Le procès des attentats du 13 novembre 2015, qui s'ouvre ce 8 septembre devant la cour d'assises spéciale de Paris, est la plus grande audience criminelle jamais organisée en France, six ans après les attaques terroristes les plus meurtrières commises en France.

La rédaction Publié le 08/09/2021 à 11:12, mis à jour le 08/09/2021 à 11:12
Le Palais de justice de Paris, sur l'Île de la Cité. C'est ici que se tiendra le procès des attentats du 13-Novembre. Thomas COEX / AFP

Le procès est attendu et qualifié d'"historique". Ce mercredi 8 septembre 2021, s'ouvre le procès à Paris des attentats du 13 novembre 2015, à Paris. Ces attentats ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.

Ce jour-là, trois commandos de neuf hommes ont attaqué en plusieurs points la capitale française et Saint-Denis, aux abords du Stade de France, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan.

Six ans après, c'est donc un procès dont l'ampleur est inédite qui s'ouvre : 330 avocats, près de 1.800 parties civiles, une salle d'audience construite pour l'occasion, un million de pages de procédure... Voici les chiffres qui permettent de mesurer l'envergure de ce procès hors-normes. 

145 jours d'audience, soit neuf mois de procès 

Au moins 145 journées d'audience prévues jusqu'au 25 mai 2022, selon un planning prévisionnel diffusé en juillet. Les audiences doivent débuter à 12h30 et ne se tiendront pas en principe les lundis, sauf lors des auditions de parties civiles et des plaidoiries.

 

14 accusés présents, six jugés par défaut 

Quatorze accusés présents, dont Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont tué 130 personnes et blessé des centaines d'autres à Saint-Denis et Paris: onze seront détenus et trois libres sous contrôle judiciaire.

Six autres accusés sont jugés par défaut. En tout, ce sont donc 20 accusés qui seront jugés. 

Neuf magistrats professionnels et trois avocats généraux

Cinq magistrats professionnels composent la cour d'assises spéciale présidée par Jean-Louis Périès, dont deux sont également présidents d'assises: la première assereure Frédérique Aline et la magistrate honoraire Xavière Simeoni.

Quatre magistrats supplémentaires assisteront aux débats et suppléeront les membres de la cour en cas de défaillance.

Trois avocats généraux pour représenter l'accusation, portée par le parquet national antiterroriste (Pnat): Camille Hennetier, Nicolas Le Bris et Nicolas Braconnay.

 

330 avocats et 1.765 personnes parties civiles 

330 avocats figurent au dossier, dont environ 300 représentant les parties civiles. 1.765 personnes, d'une vingtaine de nationalités, s'étaient constituées parties civiles au jour de l'ordonnance de mise en accusation devant la cour d'assises en mars 2020. Mais ce nombre est susceptible d'évoluer tout au long du procès, jusqu'aux réquisitions du Pnat.

Un million de pages de dossier d'instruction 

Le dossier d'instruction compte 542 tomes, soit 53 mètres linéaires (l'équivalent d'un tiers de la hauteur du tribunal judiciaire de Paris) et un million de pages.

Un millier de policiers et gendarmes mobilisés pour sécuriser le procès 

Selon le ministère de l'Intérieur, un millier de membres des forces de l'ordre seront mobilisés pour la sécurité du procès, dont 630 aux abords du palais et à l'intérieur. 

550 places, quinze salles, huit caméras, une webradio

550 places dans la salle d'audience principale. Une quinzaine de salles de la cour d'appel pourront être utilisées pour retransmettre les débats selon l'affluence, soit, d'après la juridiction, une capacité totale de 1.000 à 1.200 places. Il s'agit de la plus grande salle d'audience jamais construite. Son co^$ut : 8 millions d'euros. 

Enfin, huit caméras pilotées depuis une régie technique pour l'enregistrement historique de ce procès au titre des archives audiovisuelles de la justice, le deuxième en matière de terrorisme après celui des attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper cacher. Les victimes qui ne pourront assister au procès à Paris, pourront assister au débat, via une web radio. 

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.