“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Wild Card", des invités de luxe aux Rolex Masters

Mis à jour le 11/04/2016 à 05:02 Publié le 11/04/2016 à 05:02
Lucas Catarina. Deuxième année qu'il bénéficie d'une wild card pour les Masters de Monte-Carlo.

Lucas Catarina. Deuxième année qu'il bénéficie d'une wild card pour les Masters de Monte-Carlo. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Wild Card", des invités de luxe aux Rolex Masters

Eclairage sur ce système qui permet à des joueurs de participer au tournoi même s'ils n'en ont pas forcément le classement. Cette année, quatre joueurs d'ici bénéficient de ce système

La première fois, ça met un peu la pression. Après, on commence à s'habituer ». La sortie de Lucas Catarina pourrait s'appliquer à beaucoup de situations différentes, dans la vie. Et même des plutôt très inhabituelles. Là, ce tennisman professionnel, membre de l'équipe de Monaco de Coupe Davis, parle d'un moment dans le vestiaire avec les meilleurs joueurs du monde. Roger Federer, Novak Djokovic, Rafael Nadal… Il les a côtoyés l'an dernier, pendant les Masters de Monte-Carlo. Pourtant, 800e au classement ATP, Lucas Catarina n'aurait pas dû participer. Sauf qu'il a bénéficié d'une « Wild Card », une invitation. Et cela a recommencé cette année(1).

« Souvent des joueurs du coin »

Ils s'appellent Benjamin Balleret, Romain Arneodo, Hugo Nys, et Lucas Catarina, donc. Cette année, ils sont quatre. Tous s'entraînent au sein de la fédération monégasque de tennis. Beaucoup ont d'ailleurs joué des matches de Coupe Davis pour l'équipe de Monaco. Rien d'anormal : « Ce sont souvent des joueurs du coin qui en bénéficient », éclaire Guillaume Couillard, le capitaine et entraîneur de l'équipe monégasque de Coupe Davis, qui coache les quatre joueurs tout au long de l'année. C'est comme ça à Monaco et ailleurs : la « Wild Card » est une tradition un peu partout. Les quatre bénéficiaires ont été choisis « par l'organisation du tournoi, en discussion avec la baronne Elizabeth-Ann de Massy, la présidente de la fédération monégasque de tennis », précise-t-il.

Il y a plusieurs enjeux, derrière ces « Wild Card ». D'abord une question de rapport avec le public, a priori pas mécontent de voir évoluer des joueurs du coin sous ses yeux.

Les tennismen, eux, peuvent « se frotter à des joueurs mieux classés qu'eux. Ils ont donc la possibilité de gagner des matches, de vivre quelque chose de très sympa et de prendre des points au classement ATP ».

« Ils ont leurs chances »

Lucas Catarina confirme : « On s'entraîne toute l'année pour vivre ce genre de moment. C'est l'un des plus importants de l'année ».

L'entraînement, justement. La préparation à ces matches de Masters ne diffère pas vraiment de celle des autres rencontres, reprend Guillaume Couillard. Il faut tout de même prendre en compte un aspect psychologique. « On leur fait comprendre qu'ils ont toutes leurs chances, poursuit-il. Ils doivent rentrer dans le match sans se laisser impressionner. Parce qu'ils ont leur chance ».

1. Lucas Catarina a été battu par l'Argentin Facundo Bagnis, ce samedi lors du premier tour des qualifications. Romain Arneodo aussi, par le Colombien Santiago Giraldo. Benjamin Balleret et Hugo Nys se sont imposés face au Néerlandais Thiemo De Bakker et à l'Ouzbek Denis Istomin.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.