“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monte-Carlo Rolex Masters: Federer revient aux affaires

Mis à jour le 11/04/2016 à 05:09 Publié le 11/04/2016 à 05:09
L'ancien n°1 mondial a attiré la foules et les médias, hier au Country Club.

L'ancien n°1 mondial a attiré la foules et les médias, hier au Country Club. Photo J-.F. Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monte-Carlo Rolex Masters: Federer revient aux affaires

Hors du circuit depuis fin janvier, le Suisse regoûte au jeu cette semaine en Principauté

Détendu. Roger Federer a fait face hier à une armée de micros et de journalistes prêts à boire ses paroles.

La routine.

Sous les tentes du salon VIP, l'homme aux 17 Grands Chelems s'est prêté à une table ronde et fait apprécier ses facultés linguistiques (français, allemand, anglais). A 34 ans, le Bâlois est prêt à repartir au charbon.

Sa blessure au ménisque, contractée peu après son échec dans le dernier carré à l'Open d'Australie, face à Djokovic, est derrière lui. Son vrai-faux retour à Miami fin mars, décalé en raison d'une gastro-entérite, aussi.

L'Helvète est d'attaque : « J'ai eu peur que le virus attrapé en Floride dure assez longtemps. Mais 72 h plus tard, c'était passé. Et depuis que je suis ici, tout va pour le mieux. »

Ici, c'est Monte-Carlo. Une terre toujours indomptée par le Maître (4 fois finaliste, la dernière en 2014). Mais surtout une ocre avec laquelle il ne badine pas depuis dix jours. Replonger dans le bain du circuit ATP passe par là.

L'actuel troisième mondial a fait du court principal son cocon et y a répété ses gammes : « J'ai pu enchaîner les sets. Mon corps réagit bien et je suis satisfait de la façon dont je bouge et tape la balle. »

Des sensations et une envie de croquer retrouvées. Federer n'a « plus peur » et fait l'unanimité chez ses concurrents.

« Roger, c'est le joueur qui peut être absent plusieurs semaines et revenir au top directement, admet Wawrinka, son compatriote. S'il n'a plus de douleurs, il peut faire mal. »

Même son de cloche chez Tsonga qui, dès les quarts, pourrait croiser son bourreau de 2014 sur la Côte d'Azur (en quarts également) : « Certains le pensaient terminé mais il est toujours là ».

Le Tricolore qualifie même son aîné de joueur « hors-normes ».

Un tennisman à part. Roger Federer, baroudeur hermétique à la pression (88 titres ATP), n'en néglige pas moins ses principes.

Au moment de retrouver le public, l'ambition reste intacte : « Dans un Masters 1000, chacun sait qu'il faut être prêt d'entrée. Je ne pense pas que les autres joueurs vont me sous-estimer après cette blessure. Et puis s'imposer à Monte-Carlo reste toujours envisageable. Mais l'objectif premier reste de reprendre le rythme et savoir totalement où j'en suis. »

Le droitier a fait table rase de la plus longue absence sur le circuit de sa carrière. La porte d'Auteuil et Wimbledon ont déjà migré dans son esprit. Et le seul regard dans le rétroviseur qu'il se permet est tout trouvé : « J'espère juste avoir le même niveau que lors de cette demi-finale à Melbourne ».

Ce soir-là, Djokovic, sur une autre planète, avait donné la leçon (6-1, 6-2, 3-6, 6-3). Mais Federer était longtemps resté dans le coup. Les semaines ont défilé depuis. Ce matin, Federer a figé son compteur d'absence à 74 jours. Il le placera définitivement sous l'éteignoir en huitièmes (face à Bellucci ou Garcia-Lopez).

Le Maître espérera alors reprendre le contrôle du temps.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.