Rubriques




Se connecter à

Dans les coulisses du dispositif de sécurité du Rolex Monte-Carlo Masters

Chaque année, la police nationale de Menton contribue à sécuriser le tournoi de tennis de Monte-Carlo, qui se déroule sur la commune de Roquebrune. Un dispositif bien rodé.

Margaux Boscagli Publié le 15/04/2022 à 09:44, mis à jour le 15/04/2022 à 09:39
Pour veiller au bon déroulement du tournoi, plus de 350 policiers et agents de sécurité sont mobilisés. Photo Dylan Meiffret

La vue sur la grande bleue est à couper le souffle depuis le poste de contrôle de sécurité, mais c’est sur les deux écrans de surveillance que les agents de la police nationale de Menton doivent garder les yeux rivés.

Il est aux alentours de 10 heures ce jeudi matin au Monte-Carlo Country Club. D’ici une demi-heure, les abords du site vont se mettre à grouiller de monde.

En moyenne, 15.000 spectateurs viennent assister chaque jour au Rolex Monte-Carlo Masters, l’un des tournois de tennis Masters 1000 les plus emblématiques du circuit professionnel.

Pour assurer la sécurisation d’un tel événement, pas moins de 350 personnes sont mobilisées depuis le 9 avril, date du début du tournoi: des effectifs de la police municipale de Roquebrune-Cap-Martin, du personnel de sécurité privée, et également une quarantaine d’agents de la police nationale de Menton.

Un site complexe

Tous doivent coopérer pour que les neuf jours de festivités - où défilent jusqu’à 135.000 visiteurs selon les années - se passent sans incident. Il en va de la réputation du tournoi, de la Principauté, et de la commune de Roquebrune-Cap-Martin. "Le but c’est qu’on n’entende pas parler de nous. Quand il ne se passe rien, c’est que notre mission est assurée", sourit le commissaire Abdel Bouzelmat, chef de la circonscription de police nationale de Menton.

 

"La difficulté du site, c’est son étagement, décrypte Philippe Polli, le directeur opérationnel du tournoi. On est sur un lieu tout en plateaux et en terrasses, très étendu, avec beaucoup d’escaliers et d’allées. Géographiquement, on est un peu en cul-de-sac car le club se situe à la lisière entre Roquebrune et Monaco, au bout des axes de communication de la Principauté."

4 entrées, 4 points sensibles

Le tournoi dispose également de quatre entrées, "autant de points sensibles qu’il faut saturer visuellement de présence", soulignent Philippe Polli et le commissaire Abdel Bouzelmat.

Les deux premières étant réservées aux joueurs, partenaires et clients VIP, c’est surtout sur les entrées publiques 3 et 4 que sont concentrées les forces de l’ordre de Menton, toutes munies d’armes longues "au cas où il faut riposter."

"Sur ces deux entrées, les arrivées se font par vagues car les spectateurs sont déposés soit par le train au niveau de l’entrée 4, soit par les navettes gratuites au niveau de l’entrée 3", précise Philippe Polli.

 
Le poste de contrôle de sécurité, « centre d’information et de commandement » où toutes les informations relatives à la sûreté du tournoi sont centralisées. Photo M.B..

Un système qui permet d’éviter l’afflux de véhicules aux abords du site. La marée humaine, elle, est inévitable.

"À une époque, les gens arrivaient de façon beaucoup plus échelonnée. Là, hier par exemple, on a vu que tout le monde se pressait à l’entrée à la dernière minute. Forcément, ça fait des coups de boutoir entre 10h30 et 11 heures, juste avant le début des matchs…", illustre Philippe Polli.

"Canaliser" la foule

L’entrée 3 demeure le "point névralgique", et donc l’endroit le plus sécurisé. On y trouve même un équipage spécifique, formé pour intervenir sur une éventuelle tuerie de masse. "C’est une entrée particulièrement exposée car il y a le boulevard du Larvotto en face, l’enjeu est donc d’éviter toute intrusion de véhicules", explique le commandant Eric Petton.

En plus des bornes anti-camion, des cheminements piétons sécurisés sont mis en place. "La foule, c’est comme de l’eau, reprend le commandant. Si vous avez un trou, les gens vont aller vers le trou. L’objectif est de canaliser cette foule pour empêcher que tout le monde circule de partout."

"Tout ça peut paraître bête ou logique, mais ce sont des choses préparées, pensées…", appuie le commissaire Abdel Bouzelmat. Et ajustées chaque jour, selon les observations faites sur le terrain.

À l’intérieur du site, la vigilance est aussi de mise. Outre la présence du personnel de sécurité privé, "un équipage de chiens détecteurs d’explosifs passe chaque matin avant l’ouverture et chaque soir, et des policiers en civils patrouillent…", liste le commissaire de Menton.

Tentatives de vols, risque d’ivresse...

"Pendant les matchs, c’est surtout de la surveillance. Les agents peuvent agir sur des pickpockets, ou bien il peut y avoir de l’ivresse car les gens font un peu la fête. Après, on a rarement des problèmes parce que la clientèle tennis est plutôt calme, ce n’est pas pareil que le foot ou le rugby", détaille Philippe Polli. "Il faut aussi gérer tout ce qui est levé de doutes, complète le commissaire. Un sac oublié, ça arrive assez souvent."

 

"On essaie d’être préventifs à tout ce qui pourrait générer un mouvement de panique ou d’affolement, poursuit Philippe Polli. Ce serait le plus problématique ici, étant donné la configuration du lieu."

S’il ne mobilise pas autant d’effectifs que la Fête du citron de Menton (250 agents de police sont nécessaires pour couvrir cette manifestation, ndlr), le Rolex Monte-Carlo Masters fait toutefois partie des trois événements phares du territoire sécurisés par la police nationale de Menton.

"C’est déjà énorme pour une petite circonscription comme la nôtre", note le commissaire Abdel Bouzelmat. Prochaine échéance : le Grand Prix F1 de Monaco, pour lequel les réunions de préparation ont déjà commencé.

L’entrée publique 3, face au boulevard du Larvotto, est l’un des points les plus sensibles du site de par sa proximité avec la route. Photo Dylan Meiffret.

Un dispositif perfectionné depuis les attentats de Nice

Le Rolex Monte-Carlo Masters célèbre cette année sa 125e édition. Depuis toutes ces années, le dispositif de sécurité a ainsi profondément changé. Particulièrement du fait de la vague d’attentats en France.

"Les attentats de Nice ont vraiment constitué une brutale fracture dans la façon d’organiser un événement de grand volume, estime Philippe Polli, directeur opérationnel du tournoi. On s’est retrouvés confrontés à des sujets qu’on ne connaissait absolument pas, et qui n’étaient pas de notre ressort. Dans ce sens, la coopération avec les forces de police a permis de réaménager complètement les entrées et l’organisation de la manifestation pour coller à leurs conseils en termes de sécurité"

C’est à la suite des attentats de Nice qu’ont été installés les portiques de sécurité et scanners à bagages aux entrées 3 et 4 notamment. "On voulait garder une fluidité, une aisance d’entrée car c’est important pour le client, mais il fallait aussi répondre aux impératifs de sécurité, retrace Philippe Polli. Finalement, ce système permet de garder le même temps d’entrée, soit entre 20 et 25 minutes d’attente entre le bout de la file et le passage à l’intérieur. Il y a de toute façon un temps incompressible puisque les contrôleurs vérifient les billets…"

Garder un temps d’attente minimal est aussi un gage de sûreté. "40 minutes pour entrer, c’est 40 minutes de danger à l’extérieur!", relève le commissaire Abdel Bouzelmat.

Pour les deux hommes, la présence de nombre d’agents de sécurité aux abords du site est aussi importante pour "rassurer les gens".

En plus d’être dissuasive. "Il faut que ça reste festif, et pour que ça soit le cas, il faut que les gens se sentent en sécurité", résume le commissaire Abdel Bouzelmat.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.