“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Clap de fin pour Paire et Simon

Mis à jour le 15/04/2016 à 05:13 Publié le 15/04/2016 à 05:13
Le Niçois Gilles Simon.

Le Niçois Gilles Simon. Photo AFP

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Clap de fin pour Paire et Simon

Benoît Paire avait toutes les cartes en main pour faire trébucher le n° 2 mondial, Andy Murray.

Benoît Paire avait toutes les cartes en main pour faire trébucher le n° 2 mondial, Andy Murray. Mais à

l'arrivée, c'est bel et bien le Français qui s'est pris les pieds dans le tapis. Stratosphérique dans la première manche, l'Avignonnais a littéralement lâché prise dans la deuxième alors qu'il menait 6-2, 3-0. Des coups trop longs, des doubles fautes à

foison et voilà Paire sur le carreau. Terrible désillusion. « Une occasion comme celle-là de battre le numéro 2 mondial, je n'en aurai pas 200 dans ma carrière. C'est une défaite qui va me faire mal pendant longtemps », soupirait un Paire abattu. Dominé de la tête et des épaules, Gilles Simon n'a, lui, rien pu faire face à un Stanislas Wawrinka impérial et autoritaire. L'Helvète n'a fait qu'une bouchée du Niçois, ne concédant que trois petits jeux à l'arrivée (6-1, 6-2).

« Il était tout simplement au-dessus dans ce match. Il a sorti les bons coups au bon moment. Tout allait dans son sens. C'était compliqué de remporter le moindre jeu », soufflait Gilles Simon, fataliste.

Premier test réussi pour Nadal

Au même moment, un duel de haut vol orchestré par deux artistes se

tenait sur le Central. Rafael Nadal a dû montrer les crocs pour écarter de sa route le talentueux Dominic Thiem. Après un premier set interminable (1h20'), marqué par des coups éblouissants, Nadal a fini par prendre le dessus sur l'espoir autrichien (7-6, 6-3). Tout à l'heure, face à Wawrinka, c'est une autre paire de manches qui attend l'Espagnol.

Au matin, Milos Raonic a eu toutes les peines du monde à se débarrasser du qualifié Damir Dzumhur

(6-3, 4-6, 7-6). Déjà tombeur de

Tomas Berdych au tour précédent, le Bosnien a failli épingler une nouvelle tête de série. C'était sans compter sur un ultime tie-break, raflé au bout du suspense par le Canadien. En fin de journée, le choc 100 % français a tourné à l'avantage du plus expérimenté des deux. Moins percutant qu'à l'accoutumée, Jo-Wilfried Tsonga n'a pas laissé rêver son compatriote, Lucas Pouille. A l'issue de sa victoire, le n° 1 français se projetait déjà sur son quart face au maître

Federer. « Je vais tout faire pour aller le chercher. Il y a quelque temps, sur ce même court, je n'étais pas passé loin de le battre (défaite 2-6, 7-6, 6-1 en 2014). Alors pourquoi pas ? »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.