Rubriques




Se connecter à

Ciel bleu sur le tournoi

Zeljko Franulovic avait le sourire hier lors de la présentation de l’édition 2019. Le directeur du Masters 1000 n’avait que de bonnes nouvelles à annoncer. Cinq points à retenir

Romain Laronche Publié le 06/02/2019 à 17:23, mis à jour le 06/02/2019 à 17:23
Chris Kermode (directeur de l’ATP), Francis Truchi (ex-directeur), la Baronne Elizabeth-Ann de Massy (présidente du comité du tournoi) et Zeljko Franulovic (directeur du tournoi) ont lancé l’édition 2019.
Chris Kermode (directeur de l’ATP), Francis Truchi (ex-directeur), la Baronne Elizabeth-Ann de Massy (présidente du comité du tournoi) et Zeljko Franulovic (directeur du tournoi) ont lancé l’édition 2019. Jean-François Ottonello

Comme chaque année, les meilleurs joueurs du monde seront présents sur l’ocre monégasque. Sans surprise, Rafael Nadal, onze fois vainqueur en Principauté, défendra son titre. « Il a été l’un des premiers à s’inscrire » détaille Zeljko Franulovic. Ses adversaires déjà engagés ? « Cilic, Thiem, Nishikori, Khachanov, Zverev, Tsitsipas », liste le directeur du tournoi. « Djokovic ne l’a pas encore fait, mais il a le temps et sera là (liste définitive publiée le 21 mars). On ne se fait pas de souci ». Quant aux joueurs français, « sauf blessure, tous les meilleurs seront là ».

Comme d’habitude, c’est l’unique inconnue parmi les meilleurs joueurs du monde. Le Suisse n’est jamais pressé pour dévoiler son calendrier. Absent lors des deux dernières éditions, où il avait zappé la saison sur terre battue, il pourrait faire sa réapparition à Monaco, puisqu’il a annoncé son retour cette année pour Roland-Garros. « Nous sommes en discussion avec son entourage, il est en train de faire son programme, mais nous sommes habitués et nous lui réservons une wild-card jusqu’au bout. Je reste prudent, il ne faut pas oublier qu’il a 37 ans. Ce qui est sûr, c’est qu’il aura besoin de jouer sur terre battue ».

Quatre fois finaliste, jamais vainqueur, le recordman de victoires en Grand-Chelem se laisserait une ultime occasion d’être sacré ici.

 

L’année 2018 aura été une édition record. 136 671 spectateurs ont garni les tribunes pendant la semaine, battant une nouvelle fois l’édition précédente. « Du mardi au dimanche, on avait été complet ». 2019 va-t-elle encore effacer cette marque ? « Avec tout ce qui se passe dans l’actualité, on pensait que la billetterie partirait moins vite cette année, mais on constate pourtant un engouement similaire à l’an passé, et même légèrement meilleur. C’est incroyable ». En clair, il faut faire vite pour se procurer des billets, surtout pour les trois dernières journées, où il ne reste plus beaucoup de places.

Depuis 2016, des travaux sont menés sur le site. La dernière phase va être livrée pour la prochaine édition. Ainsi, un nouveau bâtiment est sorti de terre et comprendra un restaurant pour les joueurs, directement relié aux vestiaires, ainsi qu’une toute nouvelle salle d’interview répondant aux exigences d’un tournoi ATP Masters 1000. La clientèle des loges aura également un nouvel « espace de détente ». « On cherche toujours à améliorer le tournoi, en offrant un service impeccable aux joueurs et spectateurs ».

« Une finale Nadal-Djokovic, je signe tout de suite », rigole le directeur du tournoi. Quant à la ‘‘next gen’’ attendue depuis des années ? « On la voyait pointer son nez. Khachanov qui gagne à Paris (Bercy), Zverev à Madrid et le Masters, Tsitsipas qui va en demi-finale en Australie… Ça ne va pas tarder, c’est la nature humaine. Les jeunes n’ont pas peur des anciens. Un de ces jeunes va bientôt gagner, mais de ce qu’on a vu en Australie, ce sera dur de battre Nadal ou Djokovic ».

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.