Rubriques




Se connecter à

Un an et demi après, le deuil toujours "impossible" des morts du Covid-19

La vie a repris sans eux. Un an et demi après la première vague de Covid-19, des personnes endeuillées rapportent leur impossibilité de faire leur deuil et leur sentiment d'abandon.

AFP Publié le 30/10/2021 à 11:23, mis à jour le 30/10/2021 à 11:25
Illustration. Photo Dylan Meiffret

"Le deuil n'est toujours pas fait et c'est normal vu les conditions dans lesquelles on a perdu nos défunts", expose à l'AFP Lionel Petitpas, président de l'association Victimes du Covid-19.

"Mon épouse est partie en ambulance, et je ne l'ai jamais revue", souffle le retraité de 71 ans, qui a perdu sa femme, Joëlle, en mars 2020.

Nombreux sont ceux qui, comme lui, n'ont pas pu accompagner leur proche, voir le corps, toucher le cercueil ou assister aux funérailles.

Autant d'éléments pourtant indispensables au "travail de trépas" comme le nomme la socio-anthropologue Catherine Le Grand-Sébille, et qui, s'ils sont empêchés, peuvent devenir traumatiques.

Depuis le printemps 2020, les personnes endeuillées restent "complètement pétries et de douleur, et de regrets", constate l'universitaire qui a interrogé de nombreuses familles et associations de proches.

 

"Il y a une partie de moi qui est restée au 4 avril 2020 (...) et qui n'avance pas", confie Corine Maysounabe, 58 ans, dont le père est décédé du Covid.

Reports

Un sentiment renforcé par la poursuite de l'épidémie, qui a entraîné "un cumul d'empêchements et de difficultés", note Catherine Le Grand-Sébille.

"Au bout de 19 mois, on vient enfin d'enterrer mon père au Portugal", rapporte Sandra Rodrigues, 48 ans. En raison de la fermeture des frontières, son père Joaquim, décédé du Covid alors qu'il était en visite en France, a dû être enterré dans une fosse commune, près de Lyon.

"On a réussi après trois tentatives à le rapatrier et à l'enterrer dignement le 2 octobre 2021", dans le village où se trouve le tombeau familial.

Mais les rebonds épidémiques ont également entravé la tenue de cérémonies commémoratives.

 

"Mon papa, (...) il n'a pas eu de Toussaint car il y avait le confinement, donc cela va être sa première Toussaint cette année", explique Léocadie Mendez, éprouvée par le sentiment de s'être fait voler la mort de son père.

"On ne s'accoutume pas à ne rien faire pour nos morts", souligne Catherine Le Grand-Sébille, qui souligne l'importance pour les personnes n'ayant pas pu réaliser les rituels classiques de procéder à des "rituels différés".

"La Toussaint 2021 va être l'occasion de faire dire des messes, de se réunir", poursuit-elle.

L'attente d'un hommage

Mais pas pour tout le monde. Leila S. qui a perdu son père de 72 ans, ne s'y risquera pas. "Même si je suis vaccinée, je suis dans une attention permanente".

Et ils sont nombreux, estime Marie-Frédérique Bacqué, professeure de psychopathologie clinique à l'université de Strasbourg, en charge de l'étude en cours Covideuil.

Parmi les personnes interrogées, "beaucoup ont répondu qu'ils le souhaitaient, mais dans les faits ils ne l'ont pas fait".

 

"J'ai l'impression que les personnes sont dans une espèce de no mans land", analyse-t-elle: "elles devraient pouvoir se réunir de nouveau, mais c'est si difficile à faire". De sorte qu'il faudrait réussir à les "stimuler" pour y parvenir.

Interrogés, des proches de défunt expliquent se sentir abandonnés et avoir besoin de "reconnaissance".

Plusieurs pays comme l'Allemagne, l'Espagne, les Etats-Unis ou la Chine ont organisé des hommages nationaux aux victimes de la pandémie sous forme de minute de silence, cérémonies ou journée de deuil.

"La société a envie de passer à autre chose, mais on ne pourra pas se priver de regarder notre histoire", pointe Lionel Petitpas, qui milite pour la tenue d'un tel événement en France, où plus de 117.000 personnes sont mortes du Covid.

"Une commémoration nationale, cela ne fait pas le deuil, mais cela nous permettrait de franchir une étape", assure-t-il, la sidération des premiers instants ayant cédé la place à une "immense colère".

Le retraité a écrit près de "400 lettres" aux élus et a été reçu par le cabinet du Premier ministre, mais ses dernières relances restent lettre morte.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.