“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Gildo Pastor : "J’ai remis les pieds dans mon bureau où c’est un autre monde"

Mis à jour le 05/12/2018 à 18:34 Publié le 05/12/2018 à 08:30
Présentation du véhicule d'exploration polaire Antartica par Gildo Pastor en présence du prince Albert II de Monaco dans le garage du palais princier -  PRESENTATION VAHICULE ANTARTICA

Gildo Pastor : "J’ai remis les pieds dans mon bureau où c’est un autre monde"

Il était sorti très éprouvé de cinq semaines de procès en octobre dernier. Un épisode médiatique auquel Gildo Pallanca-Pastor n’avait pu se soustraire, lui qui s’avère d’ordinaire si discret. Aujourd'hui, l'homme d'affaires revient avec un nouveau projet et des rêves

L’homme d’affaires monégasque et propriétaire de l’écurie Venturi est désormais sous le feu des projecteurs pour une tout autre raison que cette sombre histoire. "J’ai remis les pieds dans mon bureau", sourit-il.

Entre présentation de l’Antarctica et saison 5 de Formule E, Gildo Pallanca-Pastor se confie.

RELIRE PHOTOS - Un véhicule d'expédition polaire made in Venturi dévoilé à Monaco


Après la voiture électrique la plus rapide au monde, vous lancez le premier véhicule électrique d’exploration polaire. Pourquoi ce désir d’être pionnier?
J’ai été assez malade pendant quatre ans et demi. Ca m’a démangé de sortir ce véhicule pendant ces années-là. Il y a des gens qui passent leur vie à vouloir aller très vite et ne pensent jamais à aller très doucement. On a voulu montrer la différence, comme par le passé on a voulu montrer la différence entre la voiture de sport et les voitures solaires. L’exercice de style, c’est qu’est-ce qu’on peut faire pour avoir des moteurs qualificatifs ?

"Nous avons trouvé un chemin extraordinaire"


Un exercice de style qui va être testé dans des conditions extrêmes de froid…
Nous sommes allés valider les campagnes du nord du Canada, l’hiver dernier. Nous avons trouvé un chemin extraordinaire. Cela peut paraître surprenant, mais cet engin ne va pas là où les autres vont. Elle a un système très particulier, que personne n’a essayé, du maintien du chaud. On a des batteries communes à d’autres véhicules. L’objectif, dès qu’une batterie de Formule E n’est plus bonne, on la récupère et on en fait une très bonne pour l’Antarctica.


Des brevets ont-ils été déposés?
Ils vont l’être. Je ne peux pas détailler comment les batteries tiennent à basse température. Quand on fera le premier test, je pourrais.

"Felipe Massa
me fascine"


Après une saison 4 en Formule E où vous terminez 7e, comment appréhendez-vous la saison à venir qui démarre le 15 décembre en Arabie Saoudite?
Je donne tout ce que j’ai. Susie Wolff, ancienne pilote d’essai de F1 chez Williams, m’apporte un boulot monstre sur la voiture. Je suis confiant même si on a un budget trois fois inférieur aux autres. Mais on va y aller ! Les pilotes ont la hargne au cœur.
Il y a eu beaucoup de changements ces derniers mois : l’arrivée d’une nouvelle team principale, de Felipe Massa, d’une nouvelle génération de voitures.

Tout cela n’est-il pas de nature à déstabiliser l’écurie?
Au contraire, ça l’a complètement stabilisée. On part sur de nouvelles bases. Felipe Massa passe un temps fou sur le simulateur. Il va analyser des dizaines de détails. Il me fascine. Il est à fond.
La transition a été dure avec la Formule 1 mais nous avons bien réagi.

"C'est une étape
qui a pris mon CŒUR"


Vous avez également recruté Simona De Silvestro comme pilote de développement. Pourquoi ce choix?
C’est Susie qui l’a recrutée. Hier, je l’observais pendant des essais.
Elle est très douée. Elle apporte beaucoup à l’équipe sur le plan des réglages.


Vous avez passé un mois difficile lors du procès Pastor à Aix-en-Provence. Comment allez-vous depuis? Revenir aux affaires permet sans doute de tourner la page?
Après le procès, personne n’a voulu donner de commentaires à tous les journalistes. Je suis sorti, j’ai tout expliqué ce qu’il s’était passé, ce que le jury avait décidé.
C’est une étape qui a pris mon cœur. Ma mère. J’ai un peu pleuré mais désormais je ne pleure plus. Et j’ai remis les pieds dans mon bureau où c’est un autre monde.

1. Le procès concernant le double assassinat de sa mère, Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich le 6 mai 2014 à Nice.


La suite du direct