“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Fillette victime d'abus sexuel, ado droguée... Les confidences troublantes de l'actrice Gabrielle Lazure ("Un si grand soleil")

Mis à jour le 09/10/2018 à 08:18 Publié le 05/10/2018 à 11:00

Fillette victime d'abus sexuel, ado droguée... Les confidences troublantes de l'actrice Gabrielle Lazure ("Un si grand soleil")

Au casting de la série "Un si grand soleil" et marraine du festival Les Héros de la TV, samedi dernier à Beausoleil, l’actrice s'est confiée sur une enfance sans repères, entre drogues, sexe et surtout absence de sa mère.

Elle n’a pas fui la guerre, mais sa mère. Auteur de "Maman… cet océan entre nous", l’actrice québécoise Gabrielle Lazure (La Crime, La Belle Captive, Les Rivières Pourpres 2…) est une migrante, une rescapée aussi. Une survivante de l’abandon maternel poussée à l’exil, en France, dans les années 70. Son récit, aussi touchant que troublant, trouve la lumière dans le pardon posthume accordé à sa mère fantasque, distante et frustrante. Un texte sombre servi par une plume légère et rythmée. Un numéro d’équilibriste où l’intime et l’indicible s’entremêlent sans s’étaler. Sans heurter.

"Mal-aimée", Gabrielle traverse l’Atlantique à 17 ans. L’étudiante en psycho laisse derrière elle des parents divorcés et des années d’apprentissage du vice. "Ma mère était psychologue, mon père psychiatre, moi perturbée", résume-t-elle.

Fillette victime d’abus sexuel, puis ado droguée, la native de Philadelphie confie "avoir grandi comme une mauvaise herbe, une des plantes les plus coriaces".

Forgée à la dure, elle a aujourd’hui trouvé le bonheur dans les yeux d’Emma, sa fille, et s’épanouit face caméra, notamment dans le nouveau feuilleton quotidien à succès de France 2, "Un si grand soleil".

Longtemps "détachée" de ses rôles, "pas assez exigeante", Gabrielle Lazure sublime désormais ses fêlures par le prisme du 7e art.

De retour dans le cœur et le foyer des Français, elle était la marraine du Festival "Les Héros de la TV", samedi dernier à Beausoleil. Moteur!

les fans

"Je comprends que des gens qui n’ont pas une vie très excitante puissent avoir besoin de vivre par procuration à travers ceux qu’ils admirent. Ça fait partie du métier mais c’est un peu flippant. J’ai pris le train avec Jean-Marie Bigard l’autre fois, qui m’expliquait que son ami Jean Reno n’aime pas ça. On peut vivre comme une forme d’agression ces personnes qui viennent vers vous comme si vous leur apparteniez. Jean-Marie, lui, dit toujours oui. Moi, je veux me sentir libre, je n’ai pas envie de m’imposer de mauvaises vibrations alors j’essaye de sourire et d’accepter les gens. Mais j’ai un caractère qui peut faire un peu peur, je peux dégager un truc froid et ils comprennent bien qu’il ne faut pas m’embêter trop longtemps quand même (rires)."

le livre

"Je me suis battue pour l’écrire seule, parce que je ne voulais pas que ce soit résumé à un listing de gens connus que j’ai pu croiser, comme souvent avec un “nègre”. Ça a pris le temps d’une gestation. À l'éditeur, j’ai dit que je voulais bien parler d’une personne ou deux connues parce qu’elles m’ont réellement marqué mais, pour le reste, Martin Sheen m’a dit un jour: “Plus tu es personnelle, plus tu es universelle”. Quand on se livre vraiment, ça peut donner du courage à d’autres personnes qui ont vécu des sentiments similaires. Des parents qui regarderont leurs enfants différemment, les protégeront ou les encourageront à parler. C’est un acte de partage."

sa mère

"Il y a plusieurs explications. À cette époque, on ne montrait pas ses émotions dans le milieu anglo-saxon et ses parents faisaient chambre à part par exemple. Elle n’a pas appris à aimer. Sa mère ne lui a pas appris à la câliner… Sous le couvert de vouloir m’aider, ma mère me tirait toujours vers le bas. Ma mère était psychologue. Elle voulait changer le monde, mais c’était mélangé à une forme d’illumination. Il n’y avait rien de conventionnel, elle se foutait de réussir ou gagner de l’argent. C’était un gourou aussi. Elle avait des adeptes, aujourd’hui on dirait des followers. Mon père disait qu’on ne devient pas psy par hasard, c’est pour résoudre ses propres problèmes. La quête mystique qu’a eue ma mère toute sa vie n’a finalement jamais été résolue puisque, même mourante, elle avait peur de mourir.C’est étrange pour quelqu’un qui est dans la spiritualité et aurait pu ressentir une libération."

sa migration

"C’est vrai que ce n’était pas simple d’arriver en France.ça s’est amélioré, c’est plus ouvert. La construction de l’Europe et l’arrivée de grandes enseignes internationales ont notamment poussé les commerçants à être un peu plus civilisés avec les clients, faire des remboursements, des échanges… Dans la rue, ça s’améliore un peu.Mais il n’y a qu’à voir quand les Français vont au Québec, ils disent: “Qu’est-ce qu’ils sont sympas!”."

le cinéma

"J’ai ressenti un truc qui existe peut-être moins qu’avant, puisque Marie-Josée Croze ou Jean-Marc Grondin arrivent à travailler aujourd’hui. J’ai toujours eu le sentiment qu’on ne m’avait pas totalement acceptée culturellement. Peut-être que je me trompe… Je regrette de ne pas avoir pu travailler avec beaucoup de grands réalisateurs français d’aujourd’hui et j’aimerais bien faire un joli rôle, même court. J’ai adoré jouer la mère supérieure dans la série Versailles par exemple. J’ai aussi fait une apparition dans le Bureau des Légendes que j’ai beaucoup aimé. J’ai failli faire un truc comique qui m’éclatait là, mais on m’a reproché d’être trop belle pour être la mère de l’acteur. À 60 ans, ça me fait marrer!"

ses engagements, ses combats

"Je ne suis pas vraiment attachée à une cause. Je me suis engagée avec #MaintenantOnAgit, la Fondation des Femmes qui accompagne les femmes victimes de violences que soutient Julie Gayet.Ce qui me tient à cœur, c’est de soutenir les personnes fragiles, que ce soit les enfants comme les femmes. Je déteste qu’on utilise son ascendant ou son pouvoir sur quelqu’un de plus faible, y compris dans le travail où des employés sont “torturés”".

sur Bertrand Cantat 

"Peut-être qu’ils étaient bourrés tous les deux mais on s’en fout. Je suis choquée de le voir sur scène. Il y a des choses qui sont difficiles à pardonner, voire impardonnables. Moi, j’ai pardonné à ma mère… mais elle ne m’a pas tuée non plus."

les "prédateurs" dans le cinéma

"Au début, je n’avais pas d’agent et j’étais inscrite dans un genre de bottin. Des fois je recevais des invitations foireuses. Une fois je suis venue pour un western, c’était à cheval mais on me demandait si je voulais bien enlever le haut, le bas… En fait c’était un film de cul. La pauvre fille qui débarque et ne parle pas trop la langue peut se faire avoir mais quand on se déshabille on sait bien ce qu’on fait. Des directeurs de casting m’ont aussi prévenu que des réalisateurs font des faux castings pour draguer. Ça m’est arrivé qu’un réalisateur me regarde lourdement mais je faisais en sorte qu’il arrête de fantasmer, en étant grossière."

abus sexuels et sexe

"Ça n’a pas toujours été simple, j’avais parfois un comportement de consommatrice et des aventures. Je me désincarnais, comme si je sortais de mon corps, et je faisais des trucs sans rien ressentir. ça a pris du temps avant que j’assume ma sexualité. Je ne supportais pas de voir quelqu’un se faire plaisir par exemple, c’était toujours dégoûtant. Aujourd'hui, j’aime bien le sport en chambre. Depuis que j’ai 50 ans, mon gynéco me demande si je suis toujours active. Je dis oui et m’étonne, mais il me dit que la plupart des femmes de mon âge arrêtent de faire l’amour. Moi je trouve ça super l’amour, c’est un échange d’énergies! Mais il faut le faire quand on a envie, ne pas se forcer."

La drogue

"Une fois, j’ai eu un bad trip chez une copine. On écoutait Janis Joplin sous acides et je me demandais comment elle pouvait chanter alors qu’elle était morte. J’ai aussi conduit sous acides dans Montréal, à 16 ans, mais suis arrivée à bon port. Je pense avoir une bonne étoile."


La suite du direct