“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Comment François est tombé dans la pornographie dès l'âge de 10 ans

Mis à jour le 12/02/2021 à 11:18 Publié le 12/02/2021 à 11:15
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Comment François est tombé dans la pornographie dès l'âge de 10 ans

Action Innocence Monaco s’est emparée de ce problème et multiplie les interventions dans les écoles. L’association a organisé une conférence avec plusieurs intervenants pour aider les parents. A cette occasion, François, un jeune monégasque, témoigne de son addiction à la pornographie sur Internet lorsqu'il était pré-adolescent.

C’est pour faire prendre conscience aux parents et aux jeunes que François, un jeune Monégasque de 27 ans, aujourd’hui gérant de société, a tenu à témoigner lors de cette conférence.

"J’ai fait tout mon parcours scolaire en Principauté, je suis un pur produit made in Monaco comme on dit. Bien que je sois issu d’une famille que je considère comme tout à fait normale, je suis tombé très jeune dans la pornographie, aux alentours de 10-11 ans. À l’école, un camarade de classe m’a montré sur son téléphone – à l’époque l’écran n’était pas plus grand que la taille d’un pouce – une image un peu sexy d’une femme dénudée. Moi, pré-ado que j’étais, j’étais tout excité face à ces images."

"J’étais un garçon timide"

Quelques années plus tard, François reçoit son premier smartphone. "Avec un accès permanent à Internet, c’est alors là qu’a commencé la véritable entrée dans la pornographie. Bien sûr, mes parents m’avaient expliqué que la pornographie n’était pas la vraie vie. Que ce n’était pas comme ça que l’on faisait avec les filles. Mais j’étais un garçon timide, face au plaisir que je pouvais tirer du visionnage, j’oubliais les bons conseils et je me disais que je ne faisais du mal à personne, et que tous mes copains faisaient pareil et que donc tout allait bien dans le meilleur des mondes."

"Première copine…"

François poursuit ainsi son adolescence et son entrée dans l’âge adulte. Et il va faire face aux premiers problèmes de type relationnel. "Là où ça a commencé à impacter ma vie de façon significative, c’est avec ma première copine. Quand on a un passif de plusieurs années de visionnage d’images pornographiques – ce qui est mon cas – on a habitué son corps à un certain type de stimuli et dans le rapport naturel on ne s’y retrouve pas. Ce n’était pas ce que je m’étais imaginé. J’étais frustré, j’avais une perte de libido car j’étais habitué à d’autres images virtuelles. C’est là que le porno est le plus destructeur, c’est quand il vous éloigne du réel, quand il vous emprisonne dans le virtuel, dans le fantasme. Ce plaisir si particulier, petit à petit peut vous isoler, vous écarter des autres."

"Une addiction difficile à quitter"

Ce n’est qu’il y a quelques années que François prend conscience de son addiction. "J’avais 20-22 ans et j’ai essayé de quitter cette manie. Ce n’était pas facile. C’est une addiction dont on se défait difficilement, une routine de plaisir qu’on a du mal à quitter. Et cette addiction est d’autant plus compliquée à quitter que, par rapport au tabac ou à l’alcool, ces images sont à portée de vous, 24 heures sur 24."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.