Rubriques




Se connecter à

Var et Alpes-Maritimes en majesté dans la nouvelle émission de M6, "Le Combat des régions"

Dans cette nouvelle émission culinaire sur M6, chaque chef sera accompagné d’une délégation composée de figures locales. Mais quand leur chef ne concourt pas, la délégation doit juger les autres candidats en lice. Nous avons rencontré celle du Var. Côté Alpes-Maritimes, le jeune chef de L’Atelier des saveurs, à La Colle-sur-Loup, représentera son département dans l'émission.

Mathieu Faure mfaure@nicematin.fr Publié le 25/07/2022 à 15:00, mis à jour le 25/07/2022 à 13:30
La délégation varoise: Claire, Marie, Anne-Cécile et Magali. Photo DR

Diffusé du lundi au vendredi à 18h40 sur M6, a donné le ton d’entrée avec son slogan: "Ma cuisine est la meilleure de France." 56 chefs, venus de toutes les régions, vont défendre leur cuisine locale en s’affrontant lors de trois épreuves (la mise en bouche, l’épreuve tradition et l’épreuve création).

Chaque chef est accompagné d’une délégation composée de figures locales, mais quand leur chef ne concourt pas, la délégation doit juger les autres candidats en lice. Pour déterminer quelle région cuisine le mieux, trois experts du terroir sont présents: Aurélie Chaigneau, Norbert Tarayre et Gilles Goujon.

Une aventure collective. Magali Armando s’est bien entourée pour se lancer dans cette nouvelle aventure cathodique. Avec Claire Bunan (du Domaine Bunan à La Cadière-d’Azur), AOC Bandol et bio, qui conseille Magali sur les associations de vin), Marie Martinenq (du domaine Famille Deprad, toujours à La Cadière-d’Azur), également AOC Bandol et bio, et Anne-Cecile Delahaye, pâtissière, le carré d’as qui représente le Var a profité de l’émission pour mettre en avant les spécialités locales.

Cheffe à domicile depuis 2019 après une reconversion tardive, Magali Armando, basée au Castellet, a pris Le Combat des Régions comme une formidable vitrine et une réelle opportunité. "Le Var est un territoire très dense en matière de gastronomie, on parle souvent du vin et du rosé notamment mais le terroir est très diversifié. On peut trouver des herbes aromatiques dans le Haut-Var, des produits de la terre, de la truffe, du poisson sur les bords de la Méditerranée... C’est un territoire qui permet de s’éclater dans l’assiette", poursuit Magali.

 

Pour la cheffe, le Var ne peut pas se résumer en un seul plat: "Je pense à la daube de poulpe, à la bourride, à la soupe au pistou, à l’aïoli, à l’omelette aux oursins..." Avec ses trois compères, elles ont pris un plaisir incroyable durant la semaine de tournage pour mettre en avant la gastronomie locale.

Promouvoir le Var

"Il y a un vrai tissu varois en matière de produits locaux, j’ai l’habitude de travailler avec Camille Da Silva, du Beausset, pour le fromage et la viande ou encore Isabelle Pertois du domaine de L’Enregado d’Ollioules pour les légumes bios... On aurait pu monter une immense délégation!"

Magali Armando a toujours aimé la gastronomie. Chez elle, on se réveillait aux sons des ustensiles de cuisine et au fumet des plats. Alors qu’elle embrasse une carrière dans l’industrie pétrolière, elle décide, à près de 40 ans, de changer de cap. "On peut avoir plusieurs vies, j’avais fait le tour, je voulais me lancer dans autre chose, je souhaitais avoir plus de relationnel avec les gens au quotidien", se souvient-elle. La voilà de retour dans les études puisqu’elle passe un CAP de cuisine puis un CAP de pâtisserie au CFA du Beausset.

Après plusieurs stages, dont un dans un établissement étoilé de Bandol, Magali lance son entreprise de chef à domicile (Chef Mag, www.chefmag.fr). "C’est un défi permanent car je personnalise les mets pour chaque client, que ce soit en repas servi à l’assiette ou en traiteur pour des cocktails dînatoires, détaille-t-elle. Il faut s’adapter à chaque fois puisque l’on va cuisiner chez les gens, dans leur cuisine, avec leur matériel. C’est un vrai challenge, il faut être précis, rigoureux, organisé. Je suis un peu un couteau suisse et j’aime cuisiner en fonction du goût de mes clients et puis on cuisine en première ligne, devant eux."

 

À terme, Magali aimerait ouvrir son établissement. "Quelque chose qui me ressemble, avec de l’événementiel et de la bistronomie." Habituée à l’exercice de confectionner ses plats en "extérieur", Magali et ses trois amies ont pris l’aventure culinaire de M6 comme un défi. "On a rencontré des délégations venues de toute la France, on a pu échanger autour de notre passion de la cuisine", conclut-elle.

Alors qu’elle avait envoyé sa candidature pour Top Chef, Magali a finalement été rappelée par la production pour cette nouvelle émission: "Je ne regrette pas, on a su montrer que de nombreuses femmes étaient actives dans le Var."

Stéphane Garcia, l'Azuréen en lice

Les gourmands du bassin cagnois connaissent l’adresse. Au cœur de La Colle-sur-Loup, Stéphane Garcia et son Atelier des saveurs sont installés depuis bientôt six ans. Une cuisine locale, maison, avec une carte qui change toutes les deux semaines, qui a trouvé ses fidèles.

Un digne représentant du 06 pour la nouvelle émission de M6, Le Combat des régions: "Je trouvais ça plaisant de pouvoir défendre ma région, retrouver une forme d’authenticité dans la cuisine et puis j’aime bien les concours", avance-t-il.

Car il faut dire que Stéphane Garcia, accent chantant du sud-ouest, n’est pas n’importe qui: Toque d’Or 2016, "Jeune Talent 2020" Gault & Millau, 1 assiette au Guide Michelin 2022 et 2 Toques au Gault & Millau 2022. Excusez du peu.

La tourte de blettes

Pour représenter dignement les Alpes-Maritimes, Stéphane Garcia a monté une délégation azuréenne de talents avec Leslie Genies, caviste réputée à Villefranche-sur-Mer, Hélène Albou, cuisinière passionnée de la gastronomie niçoise et Shalimar, transformiste incontournable de la Côte d’Azur, une personne solaire qui allait pouvoir apporter une touche artistique.

Et en quoi le territoire azuréen est-il atypique en matière de gastronomie? "C’est un territoire riche, avec des produits locaux de qualité, comme la courgette que l’on ne retrouve nulle part ailleurs, le rouget aussi est très représentatif de notre territoire, le pissalat. Et puis, comment ne pas mentionner la tourte de blettes, ce mélange sucré-salé... c’est un dessert qui fait vraiment voyager."

"J’ai redécouvert ce plat avec l’émission et c’est resté dans ma tête, je l’ai remis à la carte dans mon restaurant car j’ai pris énormément de plaisir à la faire, c’est mon coup de cœur du moment", poursuit Stéphane Garcia. Créateur de plats hors pair, Stéphane s’inspire de tout: "d’un souvenir, d’un produit, d’une épice, d’une conversation et, après, d’un coup, le plat naît. Je visualise les mariages, les saveurs dans ma tête. Quand on propose des plats au restaurant, on fait tout au feeling, sans test, on n’a pas le droit à l’erreur, ça fonctionne car ça fait plus de cinq ans que l’on fait ça."

Stéphane Garcia, bercé par la cuisine du Pays basque durant toute son enfance, s’est toujours vu évoluer dans une cuisine et ne laisse rien au hasard – goût, assaisonnement, produits, cuissons. Il apprécie l’authenticité de la nouvelle création de M6: "L’émission est parfaite, car elle a un côté un peu chauvin qui me plaît, et le jury est composé de trois personnalités amoureuses des produits", conclut le chef.

Stéphane Garcia et sa délégation des Alpes-Maritimes sur le tournage de l’émission. (Photo Teddy Attia/M6)

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.