Dimanche soir sur Arte, un superbe documentaire de Thierry Thomas sur Nice et la Côte d'Azur, qui ont inspiré tant de peintres

Le réalisateur chevronné propose, ce dimanche sur Arte, une vision de la Côte d’Azur et de Nice à travers les artistes qu’elle a inspirés, d’Henri Matisse à Pierre Bonnard.

Mathieu Faure mfaure@nicematin.fr Publié le 16/09/2023 à 16:00, mis à jour le 16/09/2023 à 14:12
interview
Thierry Thomas, sur la place Garibaldi. Photo Franz Chavaroche

Thierry Thomas a un petit air de Philippe Duclos, l’acteur de la série à succès Engrenages. Alors qu’il s’apprête à lire Cartesius à la salle des Franciscains à Nice, ce samedi 16 septembre en public, une œuvre qu’il a coécrite avec sa sœur Chantal Thomas, Thierry Thomas est au cœur d’une rentrée bien chargée.

Attablé sur la place Garibaldi, le réalisateur et essayiste contemple de ses yeux azur la luminosité niçoise. Il ne s’en lasse jamais, lui qui a un pied-à-terre non loin du port de Nice.

Cet amateur de peinture, réalisateur de plusieurs films et lauréat du prix Goncourt de la biographie Edmonde Charles-Roux en 2020 pour son livre Hugo Pratt, trait pour trait, sera, ce dimanche 17 sur Arte avec son dernier documentaire, Nice, les artistes et l’azur.

Une plongée lumineuse dans cette Côte d’Azur qui a su conquérir les plus grands peintres (Henri Matisse, Pierre Bonnard, Auguste Renoir...), tout en revisitant Nice à travers le temps.

Quel est votre lien avec Nice?

J’y ai fait toute ma scolarité, à Masséna, ensuite je suis parti à Paris pour y faire mes études de cinéma, mais Nice est une vraie passion. J’allie ma passion et mon métier dans ce film et j’ai mis du temps à me décider à faire quelque chose sur un objet de passion comme Nice, car j’avais peur d’être submergé.

Pourquoi maintenant?

J’ai en tête cette phrase de Sacha Guitry: "Être Parisien, ce n’est pas être né à Paris, c’est y renaître." Et j’ai toujours pensé à cette phrase en remplaçant Paris par Nice. Quand on connaît une ville, quand on s’y promène, et qu’on arrive à voir en superposant les choses ce qui a été hier et ce qui est aujourd’hui. La grande difficulté de ce film était d’en faire une frise chronologique tout en entremêlant le passé et le présent.

Pourquoi choisir l’angle des peintres pour traiter Nice?

L’angle c’est la peinture et le regard des peintres. L’expérience des peintres, des artistes figuratifs, est la même que tous ceux qui arrivent à Nice, qu’ils soient touristes ou voyageurs, ils sont éblouis. Henri Matisse et Pierre Bonnard étaient des hommes du Nord et ils sont tombés sous le charme de la région, et ils ont décidé de faire de cet éblouissement le centre de leur vie et de rester vivre ici. J’avais envie de creuser cette idée.

On apprend beaucoup de choses sur Nice au sens large dans votre film, c’était aussi ça l’idée?

Nice est une construction merveilleuse, c’est comme l’élaboration d’un Eden. Ce qui m’a plu, c’est de raconter la construction de la Côte d’Azur et comment ces peintres ont fait la même chose. Ils ont construit leur Eden dans ce paradis.

Simone Veil est présente à un moment dans votre film. En quoi sa présence s’explique?

J’y tenais car elle représente une période délicate, la Seconde Guerre mondiale, et Simone Veil est une personnalité emblématique de Nice. La ville a été résistante pendant cette période, je voulais en parler. C’est une ville qui a connu la pauvreté, l’immigration, ce n’est pas une ville de nantis, comme on peut le croire. Je ne pouvais pas tout dire en 52 minutes, mais je voulais que ce point de vue y soit.

"C’est unique, l’inspiration de Nice, pour autant d’artistes de cette trempe. Même s’ils se jalousaient, artistiquement, ils se regroupaient ici. Ils étaient attirés par la lumière, la luminosité." DR.

À l’exception de Paris, existe-t-il une ville ou une région en France qui ait autant inspiré des artistes de renom?

On peut citer, peut-être, la Normandie pour les impressionnistes... Mais c’est unique, l’inspiration de Nice, pour autant d’artistes de cette trempe. Même s’ils se jalousaient, artistiquement, ils se regroupaient ici. Ils étaient attirés par la lumière, la luminosité qui est si unique.

Est-ce votre projet le plus personnel?

C’est certain. Quand on fait quelque chose qui repose sur un sentiment d’amour, on a peur d’être idiot au début. C’est une région avec des clichés de carte postale, des beautés qui sont évidentes. Et on ne peut pas ruser avec l’évidence, alors il faut aborder ces beautés mais peut-être autrement.

Quel tableau des peintres qui ont vécu sur la Côte d’Azur représente le mieux Nice?

L’Atelier au mimosa, de Piere Bonnard, est l’un de mes tableaux préférés au monde. Si on parle du côté solaire, c’est le tableau qui dépeint le mieux ce que pouvait inspirer la Côte d’Azur. Mais je trouve que Nu bleu d’Henri Matisse fait appel à l’inspiration antique.

Leur passage sur la Côte d’Azur a-t-il changé leur style?

Ils se sont extraits d’une matière qui était triste et sombre. Et leur venue sur la Côte d’Azur a été une révélation. Matisse, par exemple, a introduit le noir pour rendre l’éclat de la lumière du Sud, c’est quelque chose de génial. Avant lui, ça n’existait pas de cette manière. Cette utilisation du noir a rendu Auguste Renoir furieux mais admiratif en même temps. Il y avait une forme de concurrence entre tous ces génies.

>> Nice, les artistes et l’azur, ce dimanche 17 septembre à 20h05 sur Arte.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Monaco-Matin

Un cookie pour nous soutenir

Nous avons besoin de vos cookies pour vous offrir une expérience de lecture optimale et vous proposer des publicités personnalisées.

Accepter les cookies, c’est permettre grâce aux revenus complémentaires de soutenir le travail de nos 180 journalistes qui veillent au quotidien à vous offrir une information de qualité et diversifiée. Ainsi, vous pourrez accéder librement au site.

Vous pouvez choisir de refuser les cookies en vous connectant ou en vous abonnant.