Monaco sur TV5 Monde : quel est le modèle gagnant ?

François Tron, expert de l’audiovisuel francophone, était mardi l’invité du Monaco Press Club pour évoquer l’avenir de la télévision à Monaco avec sa nouvelle chaîne Monte-Carlo Riviera.

Joelle Deviras Publié le 22/10/2021 à 10:30, mis à jour le 22/10/2021 à 11:36
François Tron était mardi soir l’invité du Monaco Press Club au salon Excelsior de l’Hôtel Hermitage. Jean-François Ottonello

Depuis la volonté de lancer une nouvelle chaîne de télévision publique monégasque baptisée Monte-Carlo Riviera (MCR), les professionnels des médias de la Principauté s’interrogent. Une chaîne, oui, mais avec quels moyens, pour quoi, quels programmes, pourquoi, comment ?

Pour mieux comprendre les enjeux et les perspectives qu’offrirait cette nouvelle offre audiovisuelle avec des programmes diffusés sur TV5 Monde, le Monaco Press Club a demandé à François Tron, ancien dirigeant à Radio France, France Télévisions, la RTBF et maintenant la chaîne parlementaire française LCP, de brosser le tableau du monde télévisuel actuel.

Une trentaine de professionnels des médias se sont réunis, mardi soir, au salon Excelsior de l’Hôtel Hermitage pour réfléchir avec l’expert français, interrogé par Yann-Antony Noghès, producteur monégasque, sur l’avenir de la télévision à Monaco.

L’information coûte cher

Pour François Tron, cet avenir englobe un média global et non une télévision linéaire avec une grille de programmes et des contenus et des horaires déterminés. « Le monde a changé et tout va très vite. Les GAFAM et Netflix se sont développés de façon extraordinaire. Ce mouvement est inéluctable. On construit un modèle de société à travers des séries qui sont produites par le marché américain et le marché européen. Dans ce mouvement mondial, quelle est la particularité de chacun de nos pays à travers leurs médias ? Que peut-on contre-proposer ? »

 

Alors quand Netflix met 14 milliards d’euros sur la table, il est difficile de rivaliser ; d’autant que l’outil de production impose de lourdes charges (masse salariale, techniques). La production peut être déléguée pour diminuer les frais de structure. Mais il n’y a pas de chaîne digne de ce nom sans information. Or, l’information coûte cher. « Le coût moyen d’une chaîne d’info est entre 40 et 50 millions d‘euros. Les chaînes d’information ne sont pas rentables. Par exemple, c’est TF1 qui éponge le déficit de 30 à 40 millions par an de LCI. La France a quatre chaînes d’information qui appartiennent à des grands groupes (Martin Bouygues, Vincent Bolloré, Patrick Drahi) qui peuvent, dans une certaine mesure, se permettre de perdre un peu ce qu’ils récupèrent ailleurs. »

« TV5 est une manière d’exister
à l’international »

Mais Monaco ne saurait se comparer à une chaîne française dont les moyens sont, a minima, de plusieurs dizaines de millions d’euros. Alors une chaîne de télévision monégasque peut-elle être à l’équilibre, voire gagner de l’argent ? « Tout dépend des ambitions et du modèle, explique François Tron. TV5 est une manière d’exister à l’international et donc de donner un rayonnement. Il faut démarrer progressivement. On peut avoir une stratégie de souris et chercher à travailler avec les plateformes dans le cadre d’accords de coproduction. »

Mais une chaîne nationale monégasque doit considérer plusieurs couches de téléspectateurs potentiels, du public local au public international. Pour François Tron, il ne faut écarter personne. « Il y a un besoin d’information de proximité. Et il y a une dimension internationale par la nature même de la Principauté : la culture, le sport, l’environnement. Il peut donc y avoir une sélection de sujets qui contribue au softpower monégasque. » La vitrine mondiale peut être alors TV5 Monde. « TV5 aujourd’hui, c’est deux cents pays, 60 millions de téléspectateurs quotidiens », précise François Tron.

Salim Zeghdar, patron de Monte-Carlo Riviera, explique qu’il produit, après sept saisons, 52 émissions de 26 minutes par an qui couvrent Monaco et la Riviera française et italienne. « Nous nous sommes dit que nous pouvions adhérer à TV5 Monde, ce qui donnerait à notre petit pays une ouverture à l’international à travers des programmes frais, des talk-shows et des documentaires sur les événements ou l’art de vivre. De plus, la présidence de TV5 Monde changeant tous les deux ans, Monaco pourra elle aussi présider la chaîne. Nous voulons également être une chaîne de l’environnement. Par ailleurs, l’avantage de la plateforme TV5 plus, c’est une bibliothèque gratuite et sans durée de vie limitée. »

 

Pour financer MCR, Salim Zeghdar envisage du sponsoring et de la publicité. Mais tout est encore à l’étude. Car le point central demeure : avec quel argent ?

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.