“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Vous pensez avoir le coronavirus? A Nice, un robot réalise un diagnostic par téléphone et vous oriente

Mis à jour le 14/05/2020 à 19:19 Publié le 14/05/2020 à 19:11
"Nice, première ville partenaire, pourra ainsi bénéficier de données personnalisées, localisées, sur son territoire, en temps réel", explique Romain Sambarino, le fondateur d'Allo Média, start-up hébergée au sein du stade de l'Allianz Riviera.

"Nice, première ville partenaire, pourra ainsi bénéficier de données personnalisées, localisées, sur son territoire, en temps réel", explique Romain Sambarino, le fondateur d'Allo Média, start-up hébergée au sein du stade de l'Allianz Riviera. Photo F. Bouton

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Vous pensez avoir le coronavirus? A Nice, un robot réalise un diagnostic par téléphone et vous oriente

La Ville de Nice vient de signer un partenariat avec Allo-Covid (1), un outil d’auto-diagnostic gratuit.

Il s'agit d'un "robot" qui, au téléphone, par un questionnaire de trois minutes maximum, est capable de détecter, selon les réponses de l'appelant, une suspicion de coronavirus.

Il suffit d'appeler, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, le numéro de téléphone 0806800540, au prix d'une communication locale. Au bout du fil, une voix féminine pose ses questions: Avez-vous de la fièvre ? Avez-vous des difficultés pour manger ou pour boire ? Avez-vous des problèmes respiratoires ?

L’algorithme d’Allo-Covid est ainsi capable, en fonction des réponses, de détecter des signes de gravité chez les appelants.

"En fonction des réponses de l'interlocuteur, le robot adapte ses questions, explique le professeur Xavier Jouven, directeur du Pôle "cardio-vasculaire rénal et métabologique" de l'hôpital européen Georges Pompidou, et chercheur à l'Inserm, qui fait partie des créateurs du projet. "C'est la première fois que l'on met concrètement l'intelligence artificielle au service de la santé publique", estime-t-il.

"un lanceur d'alerte"

Car, au-delà d'informer les citoyens sur leur santé et les orienter vers les bons services médicaux, Allo-Covid "est la plupart du temps un outil de détection précoce du virus, bien avant qu'il n'engendre des signes de gravité, ce qui permet de médicaliser les patients très précocement", indique le professeur Xavier Jouven, qui dévoile des chiffres sur le territoire national: "70% des appelants présentent des signes de Covid-19. Et 30% ont des signes graves..."

Par ailleurs, Allo-Covid est "un lanceur d'alerte", selon le professeur. Car les données recueillies sont transmises chaque jour à Santé publique France, "ce qui permet d'avoir un état des lieux de la situation en temps réel".

Une raison qui a convaincu le maire de Nice, Christian Estrosi : " Nous ne savons pas comment les choses évolueront et il faut rester vigilants. Nous avons considéré que cet outil, qui s'appuie sur l'intelligence artificielle, était extrêmement pertinent. C'est un peu une boussole pour accompagner le déconfinement. Le partenariat passé avec Allo-Covid va nous permettre d'anticiper une éventuelle seconde vague, en bénéficiant en temps réel d'informations sur les cas de suspicion sur notre territoire. Car cette seconde vague est au centre de nos préoccupations, nous nous préparons en constituant des stocks importants de matériel, et nous devons être prêts, en fonction des indicateurs, à tout déployer en 48 heures".

"Nice, première ville partenaire"

Romain Sambarino, le fondateur d'Allo Média, start-up hébergée au sein du stade de l'Allianz Riviera à Nice, l'un des initiateurs du projet, rappelle: "Il s'agit d'un service national. Mais Nice, première ville partenaire, pourra ainsi bénéficier de données personnalisées, localisées, sur son territoire, en temps réel".

Même si la localisation des appelants et donc le recensement des cas suspects via Allo-Covid ne peut se faire qu'au niveau de la commune, connue grâce à la déclaration, au bon vouloir, de chaque appelant. "Car la Cnil ne nous a pas autorisé à géolocaliser les appels et à descendre au-dessous de l'échelle de la commune" explique le professeur Xavier Jouven. "Ceci dit, lorsqu'un maire voit qu'il soudainement 10 cas suspects d'un coup sur la commune, il peut aviser, prendre les dispositions nécessaires, activer les brigades semi-médicalisées chargées de rechercher plus précisément le foyer de résurgence, l'événement et les personnes qui en sont à l'origine..."

Allo-Covid est opérationnel dès à présent et est capable de gérer 1000 appels simultanés.


1) Allo-Covid est une plateforme 100% française, issue d'une collaboration entre le monde de la recherche et plusieurs entreprises privées.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.