“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Venturi Automobiles met au point le premier engin électrique d’exploration polaire !

Mis à jour le 01/04/2019 à 09:34 Publié le 01/04/2019 à 11:30
Le Prince Albert II a participé à cette expédition unique en Colombie-Britannique en pilotant le premier engin électrique d’exploration polaire, « Antarctica ».

Le Prince Albert II a participé à cette expédition unique en Colombie-Britannique en pilotant le premier engin électrique d’exploration polaire, « Antarctica ». Photo DR

Venturi Automobiles met au point le premier engin électrique d’exploration polaire !

Venturi Automobiles, constructeur monégasque pionnier dans le domaine de l’électromobilité, a une fois de plus repoussé les limites du véhicule électrique.

Venturi Automobiles, constructeur monégasque pionnier dans le domaine de l’électromobilité, a une fois de plus repoussé les limites du véhicule électrique. Le 6 mars dernier, en Colombie-Britannique, "Antarctica" - le premier engin électrique d’exploration polaire - a parcouru 42 kilomètres dans des conditions de températures extrêmes. Cette expédition unique baptisée "Back to Telegraph Creek" a été rehaussée de la participation du Prince Albert II de Monaco, l’un des trois pilotes du jour.

Mission accomplie !

Fin février, le département Recherche et développement de Venturi a installé ses quartiers en Colombie-Britannique, au Canada. L’objectif des experts monégasques : soumettre le véhicule Antarctica à une ultime phase de tests dans des conditions climatiques extrêmes, et ce, avant son grand départ pour le Pôle Sud.

Ces tests ont été l’occasion pour l’équipe d’entreprendre un challenge baptisé "Back to Telegraph Creek". Le 6 mars à 10 heures locales, trois pilotes d’exception ont pris place à bord d’Antarctica : le Prince Albert II de Monaco, Chris Hadfield, astronaute canadien et Xavier Chevrin, président de Venturi North America. Ils se sont relayés aux commandes du véhicule entre Dease Lake et Telegraph Creek et ont ainsi mené à bien la dernière phase du programme d’essais. À 11 h 54 locales, après avoir parcouru les 42 kilomètres d’un parcours difficile au cœur d’une nature brute et hostile, Antarctica a franchi la ligne d’arrivée avec, aux commandes, le souverain monégasque. Celui-ci s’est vu remettre le drapeau de l’Explorers Club, association qui promeut l’exploration scientifique depuis 1904.

Richard Wiese, le président de la prestigieuse association, partenaire de cette aventure, s’était spécialement rendu sur place et a pu juger de l’intérêt technique du véhicule.

Une expédition hors norme

La Telegraph Creek Road, considérée comme l’une des routes les plus dangereuses au monde, a vu échouer l’un des raids automobiles du début du XXe siècle. En 1934, la Croisière Blanche, menée par Charles Bedaux, tentait une traversée du nord-ouest du Canada à partir d’Edmonton. Elle s’avéra vaine, du fait de la nature du terrain et des conditions climatiques difficiles. En rendant hommage à cette expédition inachevée, Venturi a revisité l’épopée dans une version "zéro émission".

Le cadre de cette expédition lui aussi fut unique : c’est en effet la Réserve indienne Tahltan qui a servi d’écrin à l’aventure.

Cette communauté, qui vit dans la région depuis plus de 10 000 ans, a réservé un accueil des plus chaleureux à toute l’équipe lors de son arrivée à Telegraph Creek : la réussite de la mission fut célébrée par des danses rituelles ancestrales et un banquet à base d’orignal et de saumon.

Cette aventure canadienne - qui s’inscrit dans le cadre des "Venturi Global Challenges"* a permis au véhicule d’évoluer sur un terrain similaire à celui de l’Antarctique.

L’engin a parfaitement fonctionné sous - 30°C et disposait même, à l’arrivée, de près de la moitié de son autonomie d’origine : une performance exceptionnelle dans ces conditions pour un véhicule électrique.

Précédemment, des tests graduels de température avaient été menés : tout d’abord à Auron, dans le département des Alpes-Maritimes en France, où Antarctica avait effectué ses premiers roulages, puis en chambre climatique, en Italie.

Après cette phase finale au Canada, le programme de tests est désormais entièrement validé.

Le dernier né des véhicules Venturi est prêt à affronter les - 50°C correspondant aux températures estivales de l’Antarctique.

En route pour l’Antarctique !

Le but ultime approche à grand pas pour Antarctica. En effet, dans les prochains mois, le véhicule sera envoyé dans une station de recherche scientifique au Pôle Sud : une première mondiale qui marque l’aboutissement du projet confié à Gildo Pastor, président de Venturi, par le Prince Albert II de Monaco, via sa Fondation éponyme.

Grâce à Antarctica, les scientifiques sur place disposeront désormais d’un moyen de transport zéro émission, qui permettra l’acheminement du matériel sur les sites d’études sans impact sur l’environnement. Une fierté pour l’entreprise monégasque, à l’aube de son 20e anniversaire (2020) en tant que constructeur de voitures électriques.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct