Rubriques




Se connecter à

Une fuite de données à Pôle emploi affecterait plus de 1 million de personnes

Les spécificités de certaines des informations dérobées par le cybercriminel qui les a mises en vente renforcent l’hypothèse d’un piratage de Pôle emploi et d’un ciblage de l’application.

La rédaction Publié le 17/06/2021 à 16:49, mis à jour le 17/06/2021 à 16:50
Illustration de Pôle Emploi. Photo Dylan Meiffret

1.000 dollars, environ 838 euros, c'est le prix de vente affiché pour les données personnelles de quelque 1,2 million de Français. Pour ce montant, l'annonce promettait l'accès aux noms, prénoms, âges, adresses mail, communes, professions, numéros de téléphones et même niveaux d'études.

La source? Le vendeur assure que ces données seraient liées "au site français de recherche d'emploi pole-emploi.fr".

L'annonce, retirée depuis, avait notamment été repéré par le journaliste Maxime Reynié sur un forum consulté par des hackeurs.

Quatre victimes confirment la véracité des informations

En guise de vitrine, l'annonce proposait un aperçu des données vendues. Libération a examiné cet échantillon, révélant également pour chaque personne si elle détient le permis de conduire, si elle possède un véhicule et son domaine de recherche d'emploi.

 

Contactés par les journalistes de Libération, quatre victimes ont attesté de l’authenticité des données les concernant qui figuraient dans l'aperçu. Elles ont par ailleurs indiqué qu'elles utilisaient toutes l'application mobile "Mon Espace" de Pôle emploi.

Quel risque pour les victimes ?

Les informations mises en vente contenait les coordonnées dont les numéros de téléphones et adresse mails, exposant ainsi ces 1,2 million d'utilisateurs de Pôle emploi à des tentatives d'arnaques.

Les malfaiteurs pourraient notamment cibler les victimes avec des arnaques liées à leur recherche d'emploi.

Une enquête interne ouverte

Contacté par BFM et Libération, Pôle emploi a annoncé l'ouverture d'une enquête interne sans en spécifier la date d'ouverture. L'établissement public n'a pas souhaité préciser si cette enquête est liée ou non à l'annonce et n'a pas confirmé la fuite de données.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.