“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Une clinique des Alpes-Maritimes paralysée après une cyberattaque, les hackers réclament une rançon

Mis à jour le 17/04/2021 à 18:53 Publié le 17/04/2021 à 18:30
La clinique de Vence ne peut plus accéder à son système depuis vendredi matin. Les employés ont dû repasser au papier/stylo.

La clinique de Vence ne peut plus accéder à son système depuis vendredi matin. Les employés ont dû repasser au papier/stylo. (Photo N.M.)

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Une clinique des Alpes-Maritimes paralysée après une cyberattaque, les hackers réclament une rançon

Depuis vendredi matin, les ordinateurs sont à l’arrêt. Comme douze autres établissements appartenant à la Fondation santé des étudiants de France, la clinique des Cadrans solaires, à Vence, est victime d’une cyberattaque. Les "hackers" ont bloqué le serveur et réclament une rançon.

Les piratages sont légion depuis le début de l’année. Et à chaque fois, ce sont des établissements de santé qui se retrouvent paralysés. En février, Emmanuel Macron a même annoncé un plan d’un milliard d’euros afin de renforcer la cybersécurité des systèmes informatiques, notamment dans les hôpitaux.

Dernières victimes en date: les treize établissements de la fondation Santé des étudiants de France (Fsef). Parmi elles, Les Cadrans solaires. Située à Vence, la clinique subit depuis vendredi, une cyberattaque. "Notre logiciel a été bloqué par des hackers qui nous réclament une rançon", relate Vincent Beaugrand, directeur de la Fsef. "La prise en charge des patients est inchangée, tient-il à rassurer, mais ce piratage nous oblige à repasser au papier/stylo. Nous ne pouvons plus aller sur notre serveur." S’organiser et s’adapter. Les conditions de travail restent actuellement compliquées.

Des experts tentent de remettre le logiciel en marche

Vendredi matin, au moment de "l’attaque", le directeur de la Fsef a aussitôt prévenu la haute autorité de santé. Actuellement, l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) et l’ANS (Agence du Numérique de Santé), travaillent avec des experts afin de remettre les logiciels en état de marche.

"Nous espérons que tout sera rétabli d’ici quelques jours", partage Vincent Beaugrand qui s’inquiète tout de même de ces cyberattaques à répétition. "Aucune clinique ni aucun logiciel ne semblent être à l’abri..."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.