“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Visitez l'intérieur de l'Energy Observer, un bateau de course transformé en laboratoire flottant

Mis à jour le 15/12/2017 à 10:06 Publié le 15/12/2017 à 10:05
L’Energy Observer fait escale une petite semaine au Yacht-club, avant de faire un arrêt technique à Toulon.

L’Energy Observer fait escale une petite semaine au Yacht-club, avant de faire un arrêt technique à Toulon. Photo Jean-François Ottonello

PHOTOS. Visitez l'intérieur de l'Energy Observer, un bateau de course transformé en laboratoire flottant

Il y a longtemps, c’était un bateau de course. Il a même gagné le Trophée Jules-Verne. Aujourd’hui, c’est un laboratoire flottant.

"Les énergies renouvelables sont intermittentes: il n’y a pas toujours du soleil ou du vent. L’avenir de l’énergie est dans la combinaison", explique Marin Jarry, co-capitaine de cet engin très spécial. Et c’est exactement ce que fait l’Energy Observer, piloté par le navigateur Victorien Erussard.

L’air, le feu, l’eau: chaque élément fournit de l’énergie.

Naviguer sur la source

Ses moteurs électriques sont tantôt alimentés par les panneaux solaires qui tapissent sa surface, tantôt par les éoliennes verticales, tantôt par l’hydrogène qu’il va puiser directement dans l’eau de mer.

Par quel prodige? "Le moteur est réversible, il peut devenir générateur. L’énergie solaire sert aussi à alimenter le processus de traitement de l’eau. D’abord elle est puisée, puis filtrer trois fois, pour qu’elle soit la plus pure possible. Au passage on en récupère pour l’usage quotidien. Ensuite, par électrolyse, on éclate la molécule d’eau, composée d’hydrogène et d’oxygène. On garde l’hydrogène, on le stocke, et on l’envoie vers une pile à combustible qui le transforme en électricité."

Parti de Saint-Malo au mois de juin dernier, il va réaliser le tour du monde en six ans. L’objectif est de tester le matériel: "Si toutes ces technologies fonctionnent en milieu hostile, tel que la mer, on pourra ensuite les transposer à terre. Que ce soit dans un hôtel, ou dans un train, ou dans des camions", nous explique-t-on.

Ce qui explique le soutien d’une chaîne hôtelière ou d’un promoteur immobilier, ou encore un transporteur, probablement intéressés par ces découvertes.

Tout est possible

Côté matériel, on ne se refuse rien. Comme les panneaux solaires tapissent le bateau, impossible de ne pas marcher dessus. Une manière de les éprouver. Et la combinaison actuelle pourrait bien évoluer: "Si au cours des différentes étapes nous découvrons d’autres technologies, nous pourrons envisager de les intégrer."

Il faut aussi tester le mix énergétique: "La proportion d’énergie solaire, par exemple, ne sera pas la même en Égypte en plein été qu’en Scandinavie en plein hiver. Selon les différentes régions, et les différents moments, les proportions changent. Il faut tout tester."

Avec lui, le bateau amène un "village": des dômes, installés sur le quai Antoine-1er, qui invitent à la découverte de cet engin fascinant, entre autre grâce à un film en 360°.

Le poste de pilotage précède la cabine centrale.
Le poste de pilotage précède la cabine centrale. Photo Jean-François Ottonello
La bateau est tapissé de panneaux solaires.
La bateau est tapissé de panneaux solaires. Photo Jean-François Ottonello
La cabine intérieure a été véritablement pensée comme un lieu de vie.
La cabine intérieure a été véritablement pensée comme un lieu de vie. Photo Energy Observer/ Jérémy Bidon

La suite du direct