“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

On a testé pour vous trois enceintes sans fil à moins de 150 euros

Mis à jour le 03/03/2021 à 08:50 Publié le 03/03/2021 à 12:00
Olivier Copado, ingénieur du son à Nice, nous a aidé à tester les trois enceintes. De gauche à droite, la Teufel Rockster Go, la Bose Soundlink Micro, et la JBL Flip 5.

Olivier Copado, ingénieur du son à Nice, nous a aidé à tester les trois enceintes. De gauche à droite, la Teufel Rockster Go, la Bose Soundlink Micro, et la JBL Flip 5. Photo LM

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

On a testé pour vous trois enceintes sans fil à moins de 150 euros

Véritable star sur le marché des produits high-tech, les enceintes sans fil se vendent comme des petits pains. Nous avons voulu savoir ce valent ces produits, en nous fixant tout d'abord un critère de prix : 150 euros maximum.

Depuis quelques années maintenant, c’est le produit à la mode. Les enceintes sans fil font un carton : il s’en est vendu 227 millions en 2020. La tendance n’est pas près de s’essouffler puisque certaines projections annoncent un marché à 500 millions d’exemplaires d’ici 2025.

Parmi plusieurs centaines (milliers ?) de références, nous avons voulu vous donner un petit coup de pouce en testant trois modèles très différents, sous la barre des 150 euros. Nous avons choisi de passer au crible la JBL Flip 5, la Bose Soundlink Micro, et la Teufel Rockster Go.

Pour les départager, nous nous sommes rendus au Nice Sound Studio, où Olivier Copado, ingénieur du son, nous a prêté ses oreilles et les mots qui vont avec, pour savoir ce qu’on peut attendre de ces appareils. Pour ce test, nous ne traiterons que de la qualité ressentie du son. Et autant vous le dire tout de suite, il faut les prendre pour ce qu’elles sont : des produits nomades d’appoint. Le pro vous prévient : "On ne va pas sonoriser une fête avec ça."

La puissante

La marque américaine JBL Audio, aujourd’hui filiale de Samsung, est présente sur le marché du son depuis 1946. Pour ce test, elle nous a prêté la Flip 5. Pour 129 euros, cette enceinte cylindrique étanche, de dix-huit centimètres de long sur sept centimètres de diamètre, propose une autonomie de douze heures. "Elle est étonnamment puissante. Au premier abord, ça surprend, rapporte Olivier Copado. Il n’y a pas d’intérêt à écouter des musiques un peu subtiles, avec des arrangements fins sur ce modèle, il ne les restitue pas. À fort volume, il y a une certaine distorsion."

Pour l’ingénieur du son, c’est le morceau rock qui convient le mieux à ce type d’enceinte. "Là, on peut y aller. Côté puissance, on a ce qu’il faut."

Le couteau suisse

Bose, marque également américaine, fait référence dans l’univers du son. Fort d’une expérience de plusieurs années en matière d’enceinte sans fil, Bose a mis à notre disposition une Soundlink Micro. Pour 119 euros, l’enceinte carrée d’environ dix centimètres de côté pour 3,5 centimètres d’épaisseur, dispose d’une autonomie de six heures.

Pour Olivier Copado, c’est un peu le couteau suisse de ce test : "C’est assez homogène. On peut tout écouter avec. C’est assez agréable, mais il ne faut pas aller chercher la précision. En revanche, pour une écoute occasionnelle, ça fait le job."

L’outsider

Encore peu connue en France, la marque berlinoise Teufel est au top des ventes en Allemagne, où elle est réputée pour son rapport qualité du son/prix. Le modèle Rockster Go, qu’ils nous ont envoyé, coûte 129 euros, mesure vingt et un centimètres sur onze centimètres de haut, et six centimètres de profondeur et affiche une autonomie de douze heures. Elle est également étanche.

Là, c’est une vraie surprise : "Vu la taille de l’objet, je suis très surpris par la spatialisation. C’est bluffant la façon dont ça restitue la subtilité du mix. Elle a ce côté qu’apprécieront les audiophiles. Malheureusement, il faut rester vraiment en face, sinon on perd cette qualité."

Un produit sur lequel Olivier Copado recommande plutôt l’écoute de morceaux un peu délicats, à l’instar de la piste jazz utilisée pour l’essai, Eleven Wives d’Avishai Cohen. 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.